Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 8 décembre 2010

You got to hide your love away

Une chanson de circonstance ...

Mais surtout un classique indémodable:





Here I stand head in hand
Turn my face to the wall
If she's gone I can't go on
Feelin' two-foot small

Everywhere people stare
Each and every day
I can see them laugh at me
And I hear them say

Hey you've got to hide your love away
Hey you've got to hide your love away

How can I even try
I can never win
Hearing them, seeing them
In the state I'm in

How could she say to me
Love will find a way
Gather round all you clowns
Let me hear you say

Hey you've got to hide your love away
Hey you've got to hide your love away !




Un merci tout spécial a Marc qui m'a inspiré pour cette chanson. J'ai parlé avec lui ce matin. Il m'a raconté qu'il était dans le même état que moi.

Marc m'a confié que ces derniers temps, il fréquentait une femme mariée. Qu'il avait développé une belle complicité avec cette fille, qu'il avait même commencé a dévellopper des sentiments pour elle. Mais que malheureusement, cette fille a décidé de couper les liens... ce qui a un peu brisé le coeur de mon beau Marc. ( ahhhh, maintenant je comprend pourquoi je n'avais plus beaucoup de ses nouvelles!! hahaha! Je taquine! )
Plus sérieusement, Marc m'a dit comprendre comment je pouvais me sentir.
Qu'il se sent un peu comme moi en ce moment...

Il m'avoue que lui aussi trouve difficile d'avoir a cacher sa tristesse devant son officielle ...

Tu va voir Marc, le temps arrange bien les choses , meme si en attendant: "You got to hide tour love away ! "

Bisous
xxx

Mariposa
xx


7 commentaires:

SORIN pas moins Amoureux a dit…

Ah oui, à propose du dernier voice-mail de Tristan après lequel tu as dit : "...propos de Tristan très contradictoires"
Mais non, pas du tout contradictoires. Tristan le chasseur prudent te passe maintenant dans sa volière d'hiver, au fond de la cours. Volière qu'il entretient pour les saisons de grande pénurie et de grand froid. Dans cette volière à moitié en jachère, il y a plein d'oiseaux rares et nylonés. Il y a aussi quelques papillons oubliés qui ont finis par se reproduire sans aucune attention... Alors parfois, durant ces périodes de grand froid, le chasseur Tristan ouvre la grande porte de sa volière et, après une moue dubitative et en fonction de son humeur, choisi tel ou tel oiseau rare qu'il agrémente de quelques papillons et met le tout sur sa table afin de se distraire le temps d'une soirée. Au coin du feu, Tristan Heureux s'assoupit. Les reste de son repas frugal jonchent la table. Entre deux ronflements on devine ses rêves de chasse ou des compagnies de Papillons effarouchés par son long fusil, fuient vers l'horizon.
Mais qu'attendais-tu, Mariposa, de plus du chasseur Tristan? Une forme de fidélité?

Priscilla a dit…

^^ Je suis ta logique Sorin. Un infidèle à sa femme.. peut pas être fidèle avec sa ou ses maitresses également.. Il ment à sa femme, en fait les conjoints cocus se font mentir a tour de bras.. Donc, entre amants.. c'est un double mensonge, les apparences, le jeu, les scénarios, du cinéma quoi !

Faut apprécier l'amant, pas l'aimer.. Aimer = attentes et Attentes = déceptions .. Tôt ou tard quand on aime profondément.. on est blessé profondément.

Par contre on peut apprécier passionnément ! ;) Quand la passion s'envole , on a pas d'attente d'être déçu :P

SORIN pas moins Amoureux a dit…

Priscilla, j'aimerais bien savoir ce que c'est "apprécier passionnément" un amant ou une maîtresse, sans Aimer...
La passion superficielle?
Moi j'ai jamais vu ça mais je suis curieux d'apprendre... ça m'arrangerait bien de pouvoir dire à ma maîtresse : "Rrrrrrr, il suffit, cesse donc de m'aimer et apprécis moi donc passionnément! Surtout dans mon lit, lâche ta passion". Avec Mariposa qui finallement et contre toute attente, souffre, je ne crois plus aux maîtresses soi-disant heureuses. Et j'ai failli y croire.

Cristina a dit…

L'infidélité n'est pas forcément le "mensonge"... Et le mensonge n'est pas forcément négatif et en plus "qui a bu boira" et "la nuit, tous les chats sont gris" et "après la pluie le beau temps" et "rira bien qui rira le dernier"... Bref Priscilla, je pense que c'est juste un peu plus compliqué :)

Anonyme a dit…

en tout cas moi chere Mariposa *d'ailleurs j'espere tjrs que tu changera ce nick pour un qui te ressemblera!

j'ai écrit ceci à Tristant qui fait un parrallèle entre la chasse avec son grand-pere et son "métier de sauteur de clôture":

ton grand-pere attrapera surement un félin quelconque...toi tu fais trop le parrallèle avec la gente féminine. Je suis juste pas sûre que vous chassiez les même proies toi et ton grand-père. Ton paternel ne laisserais jamais une proie blessée souffrante....vraie ou faux? toi tu as laissé Mariposa...comme un vieux chiffon...une proie blessée et souffrante...ah non elle ne fait pas pitié loin de là elle est pleine de potentiel mais ta facon cavaliere de lui faire savoir que tes fameux papilloins étaient "envolés" miraculeusement oh boy...tu as des croûte à manger! continue à chasser avec grand-papa si tu veux mon avis tu as encore bpc à apprendre!

Cristina a dit…

Anonyme, tu as su exprimer ce que l'attitude du "sauteur" (ce sont les moutons qui sautent les clôtures, pas les carnassiers, à ma connaissance) a d'immoral : humilier et nier une personne... La considérer comme un gibier! J'ai lu dans pas mal de commentaires sur le blog du "sauteur" qu'au final, Mariposa (il faut vraiment que tu changes de nom! rire!) ne devait pas être blessée et puis... elle avait sucé tellement de queues quand elle était avec le "sauteur"... Cela justifiait l'attitude excecrable de celui-ci.

D'abord, elle a sucé des queues parce qu'il aimait ça aussi (en bon pervers, au vrai sens du terme)... ensuite, au nom de quoi peut-on bafouer la souffrance humaine?

Je pense que les moutons sautent les clôtures parce qu'ils ne sont que des moutons et qu'ils sont bien incapables de faire autre chose pour se sentir exister. je pense que les prédateurs chassent pour leur survie et ne se délectent pas de la souffrance de leurs proies. Je pense que les pervers aiment la souffrance d'autrui... et qu'ils la construisent petit à petit, détail par détail pour en déguster toute l'amertume le moment venu.
je pense qu'il y a des moutons qui se prennent pour des prédateurs... Ils sont pathétiques mais on ne peut leur en vouloir de ne pas être autre chose que ce qu'ils sont.

SORIN pas moins Amoureux a dit…

Rrrr-holala, c'est bien trop sérieux tout ça, cela ne tient pas la route deux minutes si l'on remet la relation dans le contexte de départ. Tristan et Mariposa sont aussi sauteurs de barrières l'un que l'autre et je ne vois pas bien en quoi la fin de cette histoire serait a blâmer de part ou d'autre. On était pas parti pour l'éternioté dans l'énoncé quand même. Il n'a jamais été question en quoi que ce soit de construire une relation d'Amour durable et l’existence des blogs respectifs positionnait bien le terrain de jeu sur de l'ultra léger. Je ne vois pas en quoi Tristan aurait-eu un quelconque devoir de continuité, constance ou consistance. Je vous invite donc tous à lire et relire le titre du blog de Tristan qui ne laisse aucune ambiguïté. A nouveau... je repose la question : "a quoi fallait-il dont s'attendre". Cette histoire était intense, amusante et excitante. Arrêtons de vouloir transformer une histoire légère d'adultère en une histoire d'amour romantique... Ce n'était pas l'esprit de départ. Vous pouvez juste demander à Tristan de savoir "finir" ses histoires avec la même élégance qu'il les commence... Il a essayé sans y parvenir... il fera des progrès. Alors maintenant, NEXT Car tristan le chasseur est déjà repartit dans les plaines et c'est tant mieux.