Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 27 avril 2011

Soirée anniversaire mémorable ....

J’avais la chance de pouvoir me libérer un peu hier soir pour voir mon bel amant. J’ai toujours hâte de le voir, mais cette fois-ci encore plus. La surprise qu’il m’avait fait plus tôt en journée faisait en sorte que je souhaitais que la journée finisse au plus vite pour pouvoir le toucher, l’embrasser et sentir son étreinte.
Nous nous sommes donné rendez-vous en milieu de soirée.Comme j’avais une rencontre qui se terminais vers 19hrs, j’ai pu me libérer et prendre cette excuse pour dire à mon mari en fait que cette rencontre se finirais assez tard et serais suivi d’un souper.
Guillaume lui était retenu par son boulot jusqu’à 20hrs mais il m’a demandé d’aller le rejoindre à l’hôtel Intercontinental du Vieux-Montréal. J’avais enfilé une mini-robe cocktail noire soyeuse que j’avais acheté plus tôt dans la journée, avait enfilé une nouvelle paire de bas-nylons auto-fixant DIM et mes bottes aux genoux. La robe est superbe et offre un décolleté hyper plongeant et donne l’illusion que j’ai des jambes de 2km de long. L’avantage du problème est là: Elle est VRAIMENT courte. Trop courte. Really!
Tellement qu’en marchant on peut voir la bande de dentelles de mes bas-nylons lorsque je marche... sexy, certes. Mais assez embarrassant merci!!
J’arrive donc au Sarah.B qui est le bar de l’Intercontinental. L’endroit compte quelques personne. Des hommes habillés en veston cravate, des anglophones pour la plupart. Tous ont les yeux rivés sur l’écran plasma qui joue une partie des Canadiens en série Éliminatoire. Je me commande un Martini Blue Sunset parce qu’elle me dit que je serai probablement déçue par l’Appletini que la maison offre puisqu’il n’est pas à saveur de pommes vertes. 
Mon amant me texte pour me dire qu’il a presque fini et qu’il arrive. Je lui dit que je suis assise au fond du bar, avec une robe crissement trop courte pour la ligue et que j’ai l’air d’une putain! 
Il me répond:
  • « Hum, alors j’aurai l’air du gars qui viens chercher sa pute de luxe au bar de l’hôtel... j’aime le concept !!»
Quelques minutes plus tard, mon beau Guillaume arrive. Je le trouve tellement beau avec son jeans et sa chemise. Je l’embrasse savoureusement. Nous prenons un verre de Chablis ensemble et nous discutons de nos journées respectives. Il me parle d’un fromage très spécial qu’il vient de goûter et qu’il aimerait inclure au menu de son restaurant, je lui parle de ma rencontre avec mon dernier client. Guillaume a des étoiles dans les yeux, je vois très bien qu’il ne reste pas insensible aux caresses que je lui prodigue sous la table... 
Après notre verre de vin une seule chose occupaient notre esprit: Aller assouvir nos envies charnels ailleurs...
Nous sommes donc allés récupérer la voiture de Guillaume dans le stationnement souterrain de l’hôtel mais bizarrement, ces souterrains sombres et déserts nous ont donnés le goût d’un peu plus d’intimité instantanée ...
Et c’est entre 2 voitures, contre une poutre de béton que Guillaume m’enlaça fougueusement. Ma langue jouait avec la sienne, je sentais ses mains caresser mes cuisse et remonter jusqu’à mes fesses pour les empoigner fermement. Ma chatte mouillait abondamment, encore plus lorsque ses doigts se faufilaient sous mon string pour caresser ma petite bille de plaisir...
Et j’ai joui ... bruyamment. Je vous jures, ce mec a des doigts magiques....
En tournant la tête au moment de récupérer ma sacoche que j’avais laissé par terre j’aperçois un homme déverrouiller sa voiture à quelques pas ... nous a-t-il vu ?! ... hummmm ... probablement!
Avec le peu de temps que nous avions à notre disposition ( il faut quand même rentrer à la maison à une heure descente pour ne pas affoler ou semer des doutes au conjoint)
Nous avons décidé de rouler vers l’est de la ville et de finir la soirée au Chablis.
En chemin, mon amant s’occupait bien de garder ma chatte bien humide et coulante en me caressant. Une main sur le volant et l’autre sur ma fente bien juteuse, monsieur m’envoyais au 7e ciel à tout les 4 coins de rue. Je gémissait de plaisir sur le banc passager. Guillaume semblait aimer cela. Tellement qu’il a complètement éteint la radio pour mieux m’entendre crier de plaisir.
J’étais totalement allumée arrivée à l’hôtel. Je ne me pouvais plus. Guillaume a loué notre petite suite fétiche: chambre avec méga-bain-tourbillon donnant directement sur le lit, écran plasma, lecteur Cd etc etc etc ...
J’ai ouvert mon ordi, j’ai mis de la musique. Nous avons tout de suite fait couler le bain ( puisqu’il prend toujours un bon moment pour se remplir) et ensuite nous nous sommes collés l’un à l’autre.
Guillaume m’a déshabillé. Semblait jubiler devant la superbe lingerie que je portais. M’embrassait les seins, le cou ...
Je me suis agenouillé devant lui, ai descendu son pantalon et lui ai offert ma bouche et mes seins pour lui procurer un peu de plaisir. 
Au programme ce soir là: De belles découvertes sensorielles.
Guillaume glissait sa verge hyper gonflée partout sur ma douce peau. 
Branlette espagnole contre mon soutif en dentelle
 stimulations de la verge avec mon long collier de perle, le tout humecté par ma bouche salivante sur son gland...
Gland gonflé de plaisir se promenant sur mes jambes nylonées, foot-job & branlette nylonée ...
Blowjob dans l’eau ... 
Mais surtout ébats hyper torride devant le miroir ....
Mmmmmmmm.....
Me regarder baiser....
J’en mouille juste d’y penser.
Guillaume aussi adore cela à ce que je peux constater.
J’ai adoré boire une belle bouteille de bulles italiennes avec lui. Un Bellavista ( qui signifie Belle Vue en Italien) appellation Francciacorta . Il est disponible à la SAQ.
Dans l’énorme bain à remous, nous avons discuté de 1001 choses. C’étais fantastique. J’aime passer du temps avec lui à discuter d’anecdotes du passé et des trucs d’actualité. Jamais on ne s’ennuie.Croyez-moi!
Le temps filait à toute allure. Il fallait retrouver nos foyer respectifs. Alors j’ai demandé à Guillaume de s’assoir sur le bord du bain pour que je puisse m’agenouiller aisément et ainsi profiter confortablement de sa queue. 
C’est ainsi que je me suis amplement offert sa queue à lécher telle un bonbon. J’adore trop la queue de mon amant. Je le suçait intensément et je n’avais qu’un seul désir ...
et il savait quel était ce désir ...
Donc, je le suçait et lui léchait la queue ....
et au moment où je commençait à goûter le petit goût salé de ses gouttes de pré-éjaculation ...
Il se retira de ma bouche ....
Et aspergea mon petit visage d’ange de toute sa semence chaude et visqueuse ...
hummmmmmmmmmmm..........

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Comment se fait-il que tu réalises les fantasmes de mon imagination, les images que j'imprime dans mes échanges ?

Ta vie est comme le film qui réalise les images dans ma tête et les scénarios que j'écrie.

Le papillon que tu es, voltige avec désinvolture. Tes ailes fait de voile de parfum, se nourrie des fruits de la vie. Ta taille colorée de ses courbes glisse parmi les fleurs pour butiner et s'enivrer.

Ton chant de sirène kidnappe les âmes sans défense. Leur font vivre des eaux déchaînées, des marées submergeantes libérant les moussons printanières de la vie.

Les miroirs ne peuvent réfléchir ta lumière car rien de la vie n'est aussi brillant que les émotives explosions de tes sensations.

Mes mots eux-mêmes ne peuvent décrire les émotions et désirs que ton histoire imprègne dans ma plume.

Bon rêve petit papillon. Papille les sens et titille la vie !!

Merci encore pour ces rêves :)

Brought to you by the letter V