Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

jeudi 25 août 2011

5à7 avec Philippe avant ma soirée avec Guillaume

Je me suis soigneusement préparée en avant midi. J’ai essayé de penser à tout et de ne rien oublier pour ma soirée anniversaire avec Guillaume.

Vous auriez dû voir dans quel état j’étais. J’étais tellement excitée ce n’était pas possible. Je n’arrivais pas à faire aucun choix. Je n’arrivais pas à décider dans quel resto je voulais amener mon amant, je ne savais pas du tout quoi mettre comme robe. Je vous jure, j’avais l’air d’une vraie girouette.
Je reçois un petit message de Philippe.

« Passe une belle soirée avec Guillaume. Amusez-vous bien! Tu dois avoir hâte!?»
J’ai souri. J’ai trouvé son message super sweet. Je lui ai répondu.
« Ce n’est pas possible comment j’ai hâte. Tu ne peux pas savoir comment! J’ai besoin de ton aide. Tu vas m’aider. Je ne sais pas quoi mettre. Aide-moi.»

C’est ainsi que j’ai décidé d’envoyer 2 photos à Philippe. Une où je porte ma longue robe de soie à imprimés beige et noir et une autre robe très courte en voilage violet à gros motifs plutôt fuchsia. Je lui demande laquelle il préfère. 

« La robe longue est de loin ma préférée. Elle avantage ton superbe corps et elle est plus chic. J’ai toujours eu un faible pour les femmes qui s’habillent de façon classique.»
Il a du gout ce cher Philippe! C’était justement celle que je préférais. C’est donc Philippe qui m’a aidé à choisir l’habit de ma soirée anniversaire avec mon amant.
« Vous allez au Chablis ce soir ?!»  

« Nonnnnnnnnnn.. Oh que non ! Ce soir j’ai le goût de gâter mon amant. Je lui ai réservé une chambre dans un bel hôtel de luxe et design. Le Swann»
« Dommage, j’avais un trou cet après-midi. On aurait pu aller prendre un verre, question de faire enfin connaissance»
« Oh, mais je serai au centre-ville à partir de 15h pour faire le check-in de la chambre. On peut aller se rejoindre quelque part, je vois Guillaume seulement vers 20hrs.»
Je me suis rendue à l’hôtel. C’était magnifique. Un petit hôtel sur 3 étage au coin des rues Drummond et de Maisonneuve. Un édifice discret où le nom de l’hôtel n’est presque pas visible. J’avais loué méga suite de l’hôtel. Rien de moins. Je sais que mon amant apprécie les belles choses. Je voulais le gâter un peu.

Je suis ensuite sortie aller acheter une bouteille de vin après avoir invité Philippe à venir me rejoindre directement à l’hôtel.
Il est arrivé vers 16h30. J’ai entendu cogner à la porte de ma chambre et je lui ai ouvert.Je le rencontrais enfin pour la première fois. Philippe est un super bel homme. Mi-trentaine. Marié avec 2 enfants. De superbes yeux bleus et les cheveux châtains. Il occupe un poste de direction dans un secteur d’activité très semblable au mien et habite la Rive-Sud de Montréal. 


Il entre dans la chambre, m’embrasse poliment sur les joues. Je lui souris et lui dit à quel point j’avais hâte d’enfin faire sa connaissance. Il est tout de suite impressionné par la beauté des lieux et trouve vraiment beau le concept du gros billot de bois en guise de table basse de salon. Je lui fais faire le tour de la suite, il regarde par la fenêtre et s’exclame de la vue de la «bay-window». 


« Wow!!! Tu as vraiment choisi un bel endroit. Guillaume risque d’être impressionné!»

On s’assoit au salon, j’ouvre la bouteille de vin et nous coule chacun un verre de Pouilly-Fuissé,  un vin de Bourgogne que j’apprécie beaucoup. On porte un toast à notre rencontre et on se met à parler de mille et une choses.


Vraiment, j’avais des feelings à propos de ce gars-là et je ne me suis pas trompée. Philippe est un gars très dégourdi, super intelligent et hyper plaisant. Je m’imaginais un gars dynamique qui a beaucoup d’humour et qui n’a pas la langue dans sa poche. Je ne me suis pas trompée. Mais avec le temps, je dois vous avouer que j’ai développé un 6e sens pour ces choses-là. Je ne sais pas pourquoi, je devine facilement les gens. J’ai des vibrations intérieures qui me disent si je dois m’ouvrir à quelqu’un ou non. Lorsque Philippe m’avait abordée pour la toute première fois, j’ai senti tout de suite que je pouvais lui faire confiance et je me suis dévoilée à lui tout de suite sous ma vraie identité. 


On a parlé, parlé , parlé de plein de trucs. On a rigolé en masse. Je lui ai parlé de mon métier, de mon dernier projet avec François mon premier amant, un peu de mon blogue et des fous qui me racontent parfois des fantasmes un peu tordus. On a parlé de Guillaume,je lui ai raconté l'histoire d’une amie folle à moi qui entretient des obsessions avec des mecs qui ne veulent rien savoir d’elle. Il m’a raconté que la femme d’une de ses connaissances professionnelle lui avait fait des avances et qu’il était un peu mal à l'aise vis-à-vis la situation et on a parlé aussi de nos enfants et de la rentrée scolaire.

Le temps a filé à toute allure.

Son téléphone sonne. 


Je vois un léger moment de panique dans ses yeux. « Merde, c’est ma femme...»
Je souris et lui dit: « Prend l’appel, il n’y a pas de problème...»

« Non, c’est correct... je la rappellerai»

3 minutes plus tard, le téléphone sonne de nouveau: 


« Oouuups, c’est encore elle.. Si je ne la rappelle pas bientôt, elle va s’inquiéter.»

« Ça, c’est parce que tu lui réponds toujours. Si tu commençais à moins répondre et à lui dire: « Chérie, j’étais en réunion» elle ne s’inquiéterait pas que tu ne répondes pas tout de suite. Viens, on va aller prendre une marche dehors. Tu pourras la rappeler avec tout le bruit ambiant, ça va paraître moins louche.»

Nous sommes donc sortis dehors. Philippe a fait son appel. Il me demande de l’excuser pour ça.

« Mais non voyons!! C’est tout à fait normal!! Je suis une sauteuse de clôture professionnelle.» Que je lui réponds avec un clin d’oeil.

Le temps a passé vite. Il était déjà 18hrs et Philippe devait quitter parce qu’il avait un souper avec des amis. On s’est fait un gros calin et on s’est donné 2 becs sur les joues.

« Amusez-vous bien Guillaume et toi. Je voulais te dire, tu es une femme splendide. J’ai adoré faire ta connaissance. On remet ça c’est certain!»

Ohhhh que oui.
Décidément, Philippe et un gars fantastique. Je crois qu’une belle connexion et une belle complicité s’est installé. J’adore son tempérament.... 

.... Et hummmmmmmmmmm que dire de son parfum Dior ......



5 commentaires:

Anonyme a dit…

T'es vraiment une pétasse . En plus, tu ne sais pas écrire.

Mariposa a dit…

Merci pour le compliment mais je préfère nettement qu'on m'appelle salope!

Désolée, je préfère sucer des bites que de lire le dictionnaire



Ton infid_elle adorée xx "

Anonyme a dit…

Moi j'aime beaucoup te lire. Et ton post m'a donné envie d'aller visiter la chambre d'hôtel... xxx

Priscilla a dit…

Ayoye.. méchant commentaire. Il peut bien se cacher derrière l'anonymat.

Jean-Martin a dit…

Mais quelle réponse, BRAVO Maripossa, c'est comme ça qu'on t'aime, un brin frondeuse et sûre de toi (dit positivement bien-sûr) :-)