Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 10 août 2011

La "french girl" et les sauteurs de clôture américains...

C’est vrai que les vacances sont une période d’accalmie pour les amants/maitresses en général. 

Pour ma part, malgré le fait que j’aie eu l’occasion de voir une fois Éric et 2 fois mon beau Guillaume, je considère que je suis restée raisonnablement tranquille! (hehehe!)


J’aurais pu forcer les choses et créer des occasions ou simplement prendre des occasions qui s’offraient toutes crues dans ma bouche...


Mes jours de vacances en solitaire à New York après le départ de ma copine Félicia auraient été l’occasion de partir à l’aventure et de me farcir un petit spécimen américain.


J’avais tout pour moi. La disponibilité et la méga chambre d’hôtel hyper design. Une occasion s’est présentée à moi et il faut trop que je vous raconte.


Un soir, mon appareil NIKON, ma lentille 18-200, mon trépied et moi avons décidé d’aller faire de la photo à Time Square. Cette soirée à prendre un bain de foule et à observer chacune des publicités qui ornait les gratte-ciels fut féérique. C’était ipnotisant. Je me suis promenée en buvant mon MojiTea de chez Argo Tea ( je suis totalement accro à cette boisson maintenant!) J’ai adoré ma soirée.


Je suis retournée ensuite à l’hôtel. Je me suis douchée et je suis ensuite allée m’assoir nue sur le fauteuil de cuir avec un verre de champagne pour aller observer la vue tout en écoutant un peu de musique downtempo. 


J’ai soudainement eu le goût d’un peu d’action. J’ai simplement enfilé ma longue robe de soie sans mettre aucun sous-vêtement, j’ai enfilé mes escarpins préférés Steve Madden et je suis montée sur le toit de l’hôtel où se trouve le «Roof-Top-Bar» du Z-hôtel.


C’est un endroit vraiment super où la vue est évidemment à couper le souffle. Mon hôtel étant ouvert depuis à peine 3 semaines, c’était apparemment le nouvel endroit cool où se tenir à Long Island. 


Je m’assois sur un des divans. Je me commande le «signature drink» de la maison qui est un grand cocktail à saveur Vodka & Melon ( miam!) et bien vite 2 hommes viennent me parler.
Voici un coucher de soleil vu du Roof-Top Bar du Z-Hotel ainsi que le "signature drink" de l'hotel



2 hommes début quarantaine m’abordent. Un au crâne dégarni et l’autre à la chevelure noire, un peu bedonnant et au look italien. Ils se présentent. Michael et Brian. Nous commençons à discuter. ( le tout en anglais) Michael ( le mec chauve) est visiblement le plus dégourdi des 2.

-Comment tu t’appelles?
  • Mariposa.
  • D’où viens-tu ?
  • Montréal.
  • Ohh ... une «french girl» ! J’adore ton petit accent.
-Merci.
  • Je t’offre un verre ?
  • D’accord.
On se met à discuter. Michael est celui qui parle le plus. Son collègue Brian nous écoute avec son air timide. Michael me raconte qu’ils travaillent les 2 dans une banque, qu’ils habitent non loin de l’hôtel et qu’ils sont ici pour étirer un 5à7 ( il était tout de même presque minuit!!) Il me raconte qu’il est marié, père de 2 enfants et que Brian, lui est tout fraichement divorcé. Plus la conversation avance et plus je sens Michael se rapprocher de moi.
-Hummmm tu sens tellement bon!!! Qu’est-ce que c’est ?! ( qu’il me demande en se penchant sur moi)
  • Ohh, c’est un parfum que j’ai acheté aujourd’hui justement. Je l’adore. On ne le trouve pas au Canada. Il s’appelle «Vacances Liquide , par Mémoire Liquide»...
  • Embrasse-moi.... ( me dit-il subitement en me coupant la parole)
  • Quoi ??!
  • Embrasse-moi ... Tu es tellement sexy, ton accent me fait craquer. Vous les «french girls» vous êtes des petites cochonnes. J’ai toujours fantasmé d’en embrasser une. Vous savez comment ...«you know, French Kisses» and « Voulez-vous coucher avec moi ce soir»
 (À peu près la seule chose qu’il sait en Français, ce Michael! hahaha!)
Je lui souris timidement et me lève en prétextant vouloir danser un peu. Michael se lève aussitôt et décide de me suivre sur la piste de danse. Nous dansons collés, Michael colle sa jambe contre mon entrecuisse et pose sa main dans le creux de mes reins. Il me caresse subtilement les fesses et me glisse à l’oreille...
  • Hummmm, tu ne portes pas de sous-vêtements ???!
  • Non...
  • Petite cochonne!! Je savais que vous étiez comme cela vous, les «french girls»...
Il ne termine même pas sa phrase qu’il m’embrasse à pleine bouche. Sa langue tournoie un instant avec la mienne. Je ferme les yeux et décide de réaliser son rêve et lui montrer comment une vraie « french girl» s’adonne au «French Kiss» !!


Michael semble excité. Je sens une bosse très raide se former dans son pantalon. Il relève ma robe, glisse ses mains dessous et m’empoigne les fesses fermement. Sans crier gare, il glisse ses doigts sur ma fente et se met à la caresser.


C’est sur que ce petit moment avait quelque chose d’excitant en soi. Se faire doigter ainsi, par un pur inconnu, un homme marié, sur le toit d’un hôtel surplombant toute la ville de New York avait quelque chose d’interdit... mais je n’avais pas le goût de lui. 
Je me suis doucement reculé et je lui ai souri en lui disant que ce n’était pas une bonne idée de faire ça. Ici.

  • Tu aimerais te taper 2 mecs en même temps. As-tu déjà eu ce fantasme, aimerais-tu le réaliser ?
  • Michael, j’ai réalisé ce fantasme à plusieurs reprises.... je suis une «french girl», n’oublie pas ! ( en lui faisant un clin d’oeil)
  • C’est fou comment tu m’excites, je te veux !!
  • Bof, non. Mariposa est fatiguée. Il ne me reste qu’une seule journée.
Et c’est ainsi que j’ai décliné l’offre de me faire dignement double pénétrer par 2 Américains qui voulaient trop se farcir une petite «french girl» vicieuse et cochonne.... De toute façon, je ne trippe pas trop sur les chauves, et l'autre était un peu trop gros à mon goût. Je sais, c'est juger le physique des gens... mais bon. J'étais pas attirée.
Vous voyez, je ne suis pas une femme volage chronique ! hehe! 



3 commentaires:

venus-erotica a dit…

Un évènement érotique arrivé promptement avec un inconnu, est excitant à lire pour moi puisque je n'ai pas à juger de mon attirance envers lui :) Merci ma belle. J'ai aimé ;)

Anonyme a dit…

Eww... gross! A fatso and a baldy! Mariposa, you were so much better off calling it a night. Was Michael's hand even clean?!

Casualito a dit…

L'attirance physique ne se commande pas ! Et sans elle, point de salut...