Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

dimanche 30 octobre 2011

Rencontre torride express dans une ruelle du vieux Montréal...







J'étais tranquillement en train de travailler lorsque je reçois un message de mon beau Guillaume...




"Tu es toujours au bureau ?!"




Je souris. Je lui réponds:




" Oui, je reste plus longtemps. J'ai un cocktail plus tard donc j'avance du travail ici en attendant..."






Il m'écrit: "Rejoint-moi en bas en avant de ton édifice dans 5 minutes alors..." 






Hummmmmmmm........




Je savais que mon amant passait son après-midi dans le vieux Montréal et qu'il était tout près de mes bureaux. Je me lève d'un bond de mon bureau, je ferme le capot de mon ordinateur portable, éteint mon 2e écran, attrape ma sacoche en vitesse et me rue vers l'ascenseur à toutes vitesse avec le coeur qui battait fort dans ma poitrine...




Il n'y a rien qui m'excite plus qu'une petite incartade spontanée et improvisée à la dernière minute. Vous savez, quand rien n'est planifié la fébrilité me gagne d'une façon indescriptible. J'ai cette adrénaline en moi qui fait en sorte que j'entre en quelque sorte dans un état second. Plus rien n'existe à l'intérieur de moi à part le pur bonheur. 


Et c'est comme une drogue. On en devient accro j'ai l'impression....




Il est 17hrs, il commence déjà à faire noir. Je regarde mes derniers courriels sur mon téléphone lorsqu'il arrive en avant de moi. Je l'embrasse et j'oublie complètement de regarder autour de nous s'il n'y a pas quelqu'un qui pourrait nous reconnaitre. 


Ces douces lèvres effleurent les miennes et une vague de passion m'a envahie. J'ai pris Guillaume par la main et je l'ai entrainé vers une petite ruelle glauque et étroite juste à l'arrière du vieux bâtiment dans lequel je travaille.




Le vieux Montréal a cet avantage d'avoir de toutes petites rues et tous pleins de recoins sombres et discrets. 




J'ai donc attiré mon amant vers un de ces endroits sombres pour me laisser aller plus librement a mes envies du moment: profiter à fond de la présence de Guillaume.




Guillaume me dévorait littéralement de ses lèvres, je lui rendais ses baisers. C'était chaud, passionné, enflammé. Rarement, j'ai eu autant envie de le sentir contre moi. Guillaume m'a plaqué contre le mur et m'embrassait partout. Il déposait des baisers dans mon cou tout en m'agrippant fermement par les fesses. Ses mains partaient à la découverte de mon corps, je sentais sa respiration s'accélérer de plus en plus tandis que je m'emparait de son sexe déjà raide à travers son pantalon. 


Guillaume me plaqua encore plus fermement contre le mur et vint introduire ses doigts encore froid par la température sur ma chatte qui elle, était bouillante et bien coulante de désir. Le contraste de température provoqua un sensation très stimulante et excitante. Les doigts de mon beau prince glissaient aisément sur mon clitoris. Il me titillait de façon rapide et intense et mon corps réagissait par de doux soupirs d'extase qui devenaient de plus en plus saccadés et de plus en plus forts...




Des passant déambulaient pas trop loin de nous dans la petite ruelle et certains nous ont probablement aperçu. Chose certaine, le cook du resto asiatique du coin de la rue avait droit à tout un spectacle. 




Toujours avec la queue de Guillaume bien en main, je le massait généreusement pendant qu'il continuait à me donner du plaisir...


Ma respiration devenait de plus en plus forte. J'avais peine a retenir mes cris...




Guillaume m'embrassa à nouveau, il vint me chuchotter à l'oreille: " Allez Mariposa... jouit ma belle... laisse-toi aller..."


Il a plongé un doigt en moi, m'a massé vigoureusement l'intérieur...J'ai fermé les yeux, j'ai penché la tête vers l'arrière et j'ai joui dans un spasme intense d'extase...












J'ai embrassé mon amant une dernière fois.  Je devais retourner à mon 5à7. 




Il est parti à gauche.




Je suis partie vers la droite. 






Si vous avez vu un homme se promener jeudi soir dans le vieux Port avec une énorme érection... Non, il ne s'agissait pas d'un maniaque ...




C'était seulement Guillaume qui tentait de dissimuler son taux d'excitation! .....




hihihihihi!!!!

Aucun commentaire: