Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 9 novembre 2011

Mariposa la Superwoman: La journée torride avec Guillaume et jouir dans son visage


En superwoman que je suis, ce fameux vendredi où je courais d’un bord et de l’autre pour arriver à voir mon beau Guillaume s’est finalement déroulé comme dans mes plans et j’ai réussi à exaucer mon désir de me retrouver dans les bras de mon amant.


Après avoir laissé Philippe en face de ce sympathique café de la petite Italie, mon associé et moi nous sommes rendus à mes bureaux du vieux Montréal pour une deuxième présentation. Je vous jure, je n’ai jamais autant regardé l’horloge de mon cellulaire autant de fois en une heure. 




Je regardais si Guillaume avait répondu à mon dernier message qui lui disait s’il pouvait être à l’hôtel pour 13h30...



Aucune réponse.
Je re-texte (impatiente) : « Surtout, ne me réponds pas! Question que je puisse ajuster mes flûtes...»


2 minutes plus tard, j’ai une réponse: « Ce sera 14h au Chablis... J’ai hâte. J’ai trop envie de toi!!»


Je souris. Je respire un coup. Fiouuu.... Ça me donne encore plus de temps que prévu. 


Nous arrivons en même temps dans le stationnement de l’hôtel. Guillaume me dit qu’il n’a pas beaucoup de temps pour nous puisqu’il doit passer par son restaurant avant d’aller chercher ses fillettes à l’école. C’est sûr qu’un 4 heures en sa compagnie c’est toujours plus plaisant, mais j’aime tellement être avec Guillaume qu’une simple rencontre de 5 minutes dans une ruelle du vieux Montréal me comble de bonheur. Donc un petit 2h me fait tout à fait plaisir.

On prend la 106. Celle que j’aime surnommer «Le Studio». C’est la seule ( à part la «Mariposa Suite»(105) ) ayant porte directement sur le stationnement. Ce n’est pas une des plus jolies, mais elle est confortable et parfaite pour nous à cause de nos 2 critères favoris sur la sélection de la chambre: Le gros bain et la multitude de miroirs ( on adore se regarder baiser Guillaume et moi!) 



À peine entrés dans la chambre que mon beau prince s’est rué sur moi et m’a passionnément embrassé. J’avais cette boule d’excitation en moi qui me mettait dans un état hors du commun. 30 secondes ont suffi pour qu’on arrache les couvertures du lit et que je me retrouve miraculeusement nue sur le lit. 


Les yeux de Guillaume s’allument instantanément et je vois qu’il y a des étoiles dedans en se posant sur ma chatte déjà luisante et invitante. Je le vois saliver et se lécher les lèvres d’appréhension. Il se jette tout de suite sur mon entrecuisse pour venir prendre ma chatte à pleine bouche. Ma tête se penche automatiquement vers l’arrière tandis que mon corps était parcouru d’une onde de plaisir. Mon amant adore faire de longues dégustations de ma fente d’amour. On voit que monsieur l’épicurien aime se gâter et s’offrir de bonnes séances de plaisir gastronomiques de mon nid d’extase. Au passage, c’est moi qui en profite au maximum. Jamais un homme n’était arrivé à me faire jouir aussi intensément de sa langue et de ses doigts. 


Cette fois-ci était sans blague la meilleure séance de cunnilingus à vie que j’ai reçu. J’ai joui, mais joui tellement fort... et ce, au moins 4 fois en ligne. C’était intense. Mon corps convulsionnait d’extase à chaque fois. Guillaume ne me lâchait pas. Il continuait après chaque orgasme en augmentant d’intensité. Sa langue a commencé doucement à se promener de mon clitoris à passer par mes lèvres pour venir terminer par mon cul ensuite il y allait plus fort et plus rapidement et y insérait ses doigts pour encore plus de plaisir... Il insérait parfois sa langue en moi, j’étais humide comme jamais, mouillée d’une façon incroyable. J’ai littéralement joui dans le visage de mon amant le couvrant de mon liquide d’extase... C’était fou!!!


Du foutre couvrait son visage entier. Il en avait partout. Je n’avais jamais vu cela. Du menton jusque dans les cheveux... Le nez, les joues, les sourcils couverts de mouille et de liquide éjaculatoire, Guillaume avait l’air d’avoir apprécié sa dégustation. Ses joues étaient rouges d’excitation, sa queue raide et hyper gonflée toute prête à m’embrocher. Je me suis retournée et me suis mis à 4 pattes pour venir lui offrir mon joli petit derrière, qu’il vienne le défoncer à souhait comme je l’aime. 


C’est inimaginable l’énergie que mon amant avait ce jour-là. J’adore quand il me laboure vigoureusement la chatte et qu’il m’enfonce son membre profondément dans mes entrailles. 


Après avoir re-jouit, nous nous sommes écroulés sur le matelas pour reprendre un peu notre souffle et se cajoler tranquillement. 


Cette journée fut spéciale avec Guillaume. Je sais que nos rencontres se font de plus en plus espacées à cause de nos horaires chargés de travail de l’automne... mais là un facteur supplémentaire fait en sorte que je sais maintenant qu’il sera beaucoup moins évident d’accorder nos horaires ensemble. Ça me rend triste, mais d’un autre côté je sais que nos rencontres n’en seront que plus intenses et torrides. 

Ce vendredi-là, j’ai fait l’amour avec mon amant comme si c’était la dernière fois au monde que j’allais baiser de ma vie et que la terre allait exploser le lendemain.


J’ai décidé qu’à partir de maintenant ce sera toujours comme cela avec mon beau Guillaume. Je vais aimer et faire l’amour à mon Guillaume avec la fougue et l’excitation d’une toute première fois et avec l’intensité et la passion d’une dernière fois...


C’est simple: chaque fois sera mémorable. Un point c’est tout.
J’ai serré fort, très fort mon amant...
« Je dois aller sous la douche Mariposa... je dois quitter...»

Il me disait cela pendant que je le masturbais tranquillement. J’étais bien consciente de l’heure qu’il était... mais je refusais que cette rencontre se termine. Je voulais arrêter le temps....

.... Et j’avais eu l’impression de ne pas y être arrivée cette fois-ci.


Le temps a filé trop vite. 


J’ai continué de masturber mon amant en le regardant dans les yeux avec mon petit regard de biche et mon sourire coquin. Je suis venue m’assoir sur son sexe tout raide. J’ai laissé mon bassin onduler sur sa verge bien droite et gonflée. Je nous donnais un peu de plaisir pendant que Guillaume regardait bien mon sexe engloutir sa verge. Je sais qu’il adore voir son membre disparaitre à l’intérieur de ma chatte. Je dois avouer que cela m’excite aussi terriblement de nous regarder faire l’amour. Je nous trouve beaux ensemble...

J’ai embrassé mon Guillaume avec passion en souhaitant dans le fond de ma tête et de mon coeur que notre prochaine rencontre ne soit pas trop espacée....



2 commentaires:

Anonyme a dit…

@Mariposa, ce qui est intéressant avec votre blog, c'est que c'est toujours pareil. je le suis depuis longtemps, je passe de longues périodes sans le lire et quand je reviens, rien n'a changé! Une vie sans évolution, un blog qui ne bouge pas... intéressant.

Ludie a dit…

@ Anonyme: ça se soigne , tu sais.
Tu voudrais quoi? Que Mariposa t'apprenne à monter les maille spour ta camisole?