Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

jeudi 24 novembre 2011

Parfum à odeur de "Spring Flower" et de Sperme


Semaine dernière: Il est 10hrs le matin. Je reçois un texto d’Éric:

« Salut beauté, j’ai vu ta voiture stationnée en avant de chez ta soeur. Es-tu là? Es-tu seule?»

Je souris. J’adore quand il m’envoie des texto à l’improviste.
« Oui, je suis là, mais je ne reste pas, je pars dans 10minutes pour le bureau, j’ai une rencontre... Ça aurait été cool de se voir un peu, mais je n’ai pas vraiment le temps.»

Il répond aussitôt:

«Je suis déjà là. Juste 5 min. Je te promets.. Ouvre la porte.
En voyant le message d’Éric, je cours vers la fenêtre et je le vois qui débarque de son véhicule de travail, en uniforme et marche vers ma porte. Je vais lui ouvrir. Il a un grand sourire. Ses yeux couleur bleu-turquoise sont pétillants. Il m’embrasse passionnément sans que j’aie le temps de ne rien dire. Je ferme les yeux et me laisse aller. 


Je suis un peu surprise à vrai dire. Ce n’est pas du style d’Éric de m’embrasser ainsi dès l’instant où il m’aperçoit. D’habitude, on s’embrasse poliment. Ce n’est que lorsque l’atmosphère se réchauffe d’habitude qu’il s’adonne à des gestes plus affectueux et suaves. Mais là, son baiser est plus qu’agréable, je m’accroche à ses lèvres et je joue avec sa langue. 
« WOW!! Que tu es magnifique! Hmmmm, j’aime te voir comme cela!»

Je souris, je réalise qu’Éric n’a pas souvent l’occasion de me voir dans des habits plus chics. Nos rendez-vous se donnent souvent habillés de façon «casual». Je portais leggings et top en soie mauve de chez Bedo avec ma veste de cuir Denis Gagnon et mes bottes aux genoux de chez Browns. Maquillée, ongles parfaitement manucurés et mon parfum «Spring Flower» de Creed: J’avais un rendez-vous avec un client important. 
Je rassemble mes derniers trucs, emballe mon ordinateur et ma caméra. Je me tourne un instant vers Éric et lui quête un autre baiser. «J’adore ton parfum» qu’il me dit. En l’embrassant, je sens une énorme bosse très dure et raide dans son pantalon que je ne peux m’empêcher de caresser. Il me repousse subtilement la main en me disant « Tttt-tttt-tttt!!! petite coquine. Tu dois t’en aller! Ne fais pas cela!»


Je ne l’écoutais pas je le regardais droit dans les yeux avec mon regard de petite perverse et j’étais déjà en train de le supplier...

« Laisse-moi te sucer un peu Éric... SVP... Tu le sais que j’aime ça....»
Il hochait la tête négativement et chuchotait ... «Noooonnnn, Mariposa, Nooooonnnn»

Mais son NON était très très loin d’être convaincant... Ohh que non!

Je soupçonne que les érections d’Éric ont peut-être un peu tendance à lui faire perdre la raison .... 

Ouais, j’y crois parce que 45 secondes plus tard, il avait les pantalons baissés et m’exhibait fièrement son sexe pour que je puisse le stimuler plus aisément!!

Je me suis agenouillée devant lui, toujours en le regardant droit dans les yeux, j’ai englouti son sexe et je le suçais généreusement en enduisant son gland de beaucoup de bave...
J’entendais sa respiration devenir de plus en plus saccadée, il avait l'air d’apprécier pleinement sa petite «pause-boulot» ...

«Lève-toi, j’ai vraiment envie de ton petit cul...» que me lance mon beau mec.
Je me lève, il m’arrache mon top, baisse mon pantalon à mes genoux, me plaque au mur et me pénètre d’un trait de ses doigts. Il me stimule quelques instants ainsi pendant  que je le branle. Je lui souffle à l’oreille: « J’ai le goût de te faire jouir rapidement...». Je me remets à genoux, et continue de le masturber et de le sucer en même temps... et quand je l’ai senti près de l’éjaculation je lui ai offert ma poitrine pour se décharger abondamment de son trop-plein d’excitation. 

Je me délectais de ce petit moment où je le voyais perdre contact avec la réalité pendant qu’il épandait sa jouissance partout sur mes seins. 
Je me suis ensuite levée, la poitrine toujours remplie de son sperme et suis allée à la salle de bain question de me rafraîchir un peu et apporter à Éric quelque chose pour s’essuyer un peu lui aussi.

Nous nous sommes habillés, j’ai pris mon sac avec mon ordinateur ainsi que mon appareil photo et nous sommes sortis de l’appartement en même temps. 

Dans le métro pour me rendre dans le Vieux-Montréal, je me sentais toute légère. J’ai passé tout le chemin dans la lune et avec un étrange de sourire aux lèvres... 

Je pensais à Éric. J’aime son côté spontané, à l’improviste. J’y trouve quelque chose de très excitant. Même si nos 2-3 dernières rencontres n’ont jamais vraiment dépassé 15-20min... Je suis toujours autant heureuse qu’il ait une petite pensée pour moi et qu’il vienne me voir. Nous nous sommes fixés rendez-vous bientôt. C’était l’anniversaire de mon bel étalon cette semaine et je lui ai promis qu’on se louerait une petite chambre d’hôtel pour célébrer un peu! 
En rentrant au bureau sur mon nuage cette journée-là, ma patronne me dit: 

« Hummmm! J’adore ton parfum Mariposa. Qu’est-ce que c’est aujourd’hui ?!»
J’ai souri. J’avais presque le goût de répondre: « C’est un mélange de Spring Flower de CREED et de sperme d’Éric!»


hahahahahahahahahahaha!!!

2 commentaires:

Ludie a dit…

Tu es incroyablement passionnante et on s'y voit!
T'es une Grande, ❤♥Mariposa♥❤
Et tu me fais craquer, complètement.
Xoxodoux


Anonyme a dit…

Et ta soeur elle était ou durant tous ce temps?