Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

dimanche 4 décembre 2011

Mariposa: Sujet d'un travail universitaire en littérature...



Il y a quelques semaines, j'ai reçu le courriel d'une lectrice étudiante en littérature à l'UQAM ( Université du Québec à Montréal) 


Elle m'a gentiment écrit une lettre me demandant une entrevue dans le cadre d'un travail de fin de session en littérature dans le cadre de son cours: Théorie de la création littéraire


Son travail traite de la solitude des auteurs versus la médiatisation de leurs oeuvres.




C'est avec grand plaisir que j'ai répondu les questions d'Eve Sauvageau.




Afin de valider les références bibliographiques d'Eve et ainsi prouver à son professeur la véracité et l'authenticité de mes réponses, je publie donc ici les réponses du questionnaire qui m'a été envoyé. ( Monsieur(ou madame), le professeur(e), svp, ne jugez pas mon style littéraire! haha!) 




En même temps, avec ce petit questionnaire vous allez en connaitre un peu plus sur mes motivations d'écriture et mes sentiments face à l'anonymat de mon personnage.




J'espère de tout coeur que mes réponses auront pu t'aider dans ton travail ma chère Ève. Je veux aussi te dire à quel point je me suis sentie honorée et particulièrement touchée de m'avoir choisie comme sujet de travail de fin de session!!


En espérant de tout coeur que tu aies une bonne note! hihihihi!




J'ai bien hâte qu'Ève me fasse part de son résultat final! 






Voici donc les questions d'Ève: 









Ton blog se promène toujours quelque part entre le premier et le deuxième blog érotique le plus lu au Québec. Malgré ta popularité, tu dois garder l’anonymat pour partager un sujet aussi délicat que l’infidélité. Considères-tu ton lectorat plus comme un public ou comme un confident?

C'est drôle parce que lorsque j'ai commencé ce blogue au début, j'avais l'impression que personne ne me lisait. Je me disais que je devais avoir 4 personnes pour me lire. Donc c'est vraiment sur un ton de confidence que j'ai commencé à écrire. Je te dirais que c'est surtout sur ce ton que j'écris, mais maintenant que j'ai un peu plus conscience du flot de personnes visitant mon blogue: toujours entre 900 à 1800 entrées sur mon blogue à chaque jours , je te dirais que parfois j'écris un peu comme si je leurs addressait la parole, mais reste que ce sont toujours des confidences sur ma vie qui est racontée.

En gros: Je te dirais que mon blogue est à la base une plate-forme que j'ai crée tout d'abord pour me confier. Ne pouvant pas dévoiler mon mode de vie à qui que ce soit de mon entourage, je me suis tournée vers l'écriture. Je n'ai jamais trouvé meilleur exutoire que mon blogue pour m'exprimer à propos de l'infidélité et des relations extra-conjugales.  

Tu as probablement observé dans les dernières semaines que j'ai pris la décision d'un peu moins me confier à mes lecteurs. C'est à la fois une question de temps à consacrer à ce blogue et beaucoup aussi une question d'anonymat. Parce que même si je considère mes lecteurs comme des confidents, j'ai réalisé que beaucoup de voyeurs ( drôle de constater qu'il s'agit plutôt de femmes qui font du voyeurisme et de la spéculation à propos de ma vie, avant même de me lire par pur plaisir). Bref, on me cherche parfois des "bibittes" alors que mes textes n'ont jamais été écrits pour se faire analyser ou pour me faire juger des autres. Pour cette raison, je commence à modérer mes écrits. 


Malgré ton nombre de lecteurs, de commentaires et de courriels, te sens-tu seule ?

Oui, c'est difficile un peu de ne pas pouvoir en parler a mes gens proches. Parfois, je rentre chez moi après une rencontre avec un amant et je suis la femme la plus heureuse du monde. C'est difficile d'avoir à le cacher. De ne jamais pouvoir exprimer la cause de ma joie de vivre et de ma légèreté. J'ai des commentaires de gens qui disent se reconnaitre beaucoup à travers mes histoires. Je me sens moins seule, je me sens un peu plus comprise...mais ça n'enlève pas le fait qu'ils ne comprendront jamais à 100% ce que je vis car je dois sans cesse filtrer ce que je dis pour assurer mon anonymat et celui de mon entourage et des hommes que je fréquente...


Peux-tu me dire les avantages et désavantages de ton anonymat ?

Parfois mon anonymat m'a servi à pouvoir plus facilement exprimer mes opinions et moins me censurer ou m'exprimer sans filtre. Beaucoup moins gênant de raconter certaines choses sachant qu'on utilise pas son vrai nom. Comme des details plus torride comme exemple. 

Dans le cas où ça m'a moins servi est surtout au niveau des invitations. Parfois j'ai passé des entrevues écrites, mais jamais je ne pourrai me présenter dans les divers 5à7 ou soirées auquelles je suis invitée en tant que "Mariposa" . J'ai des fois reconnu certains lecteurs ou abonnés Twitter avec qui j'échange parfois. Jamais je ne peux engager de discutions ou leurs dire qui je suis par peur d'un jour tomber sur quelqu'un qui connait mon mari ou quelqu'un qui me voudrait du mal... sans raison légitime... juste parce qu'il déteste ce que je fais en tant que femme adultère...


La rédaction de ton blog te semble-t-elle comme un fardeau, parfois ?

Non, j'écris à mon rythme et j'essaye tout de même de tenir mes histoires à jour. Le seul moment où je sens que ça en devient un c'est lorsque j'ai des gens qui me demandent de parler d'un sujet spécifique ou qui me supplient de leur raconter en détails, telle ou telle soirée. Ce que je peux trouver lourd aussi parfois sont les "gestions de crise" des lecteurs. Je reçoit souvent du courrier de lecteurs me demandant conseil avec leurs amants ou leurs maitresse. Je suis toujours heureuse de pouvoir donner mon avis personnel. Par contre, conseiller quelqu'un sans connaitre son tempérament, son vécu et son histoire: je trouve cela plus délicat. Je ne veux jamais être celle qui a influencé une décision à propos de l'adultère. ( Question du style: "Devrais-je tromper mon conjoint?!") Je me doit répondre en mettant des gants blancs!

Aussi, le fait que je suis associée au sexe, fait en sorte qu'on ne me demande jamais de participer ou collaborer sur des trucs qui ne parlent pas de sexe. Pourtant, plein d'autres trucs me passionnent.


T’attendais-tu à ce que ta vie d’infidèle soit aussi médiatisée ?

Oh My God! NON! c'est un peu fou même! Mais à la fois, sachant qu'une personne sur 4 finira un jour ou l'autre par être touché de près ou de loin par l'infidélité ( on connais tous qqun qui a déjà trompé ou qui s'est déjà fait tromper, avoue-le!) je ne suis pas étonnée que bcp de gens se sente interpellé et concernés par mes histoires. 


Éprouves-tu de la gêne à ce que tes amants lisent les billets qui les concernent ? À ce qu’ils lisent en détails, par exemple, votre baise d’il y a deux jours ?

Non, parce que je me dis que s'ils se sont embarqués dans cette aventure, c'est qu'ils l'ont fait en connaissance de cause et qu'ils savent aussi très bien que je ne leurs suis pas exclusive donc ça ne me dérange pas qu'ils me lisent. C'est sur que je suis un peu mal à l'aise pour un amant si je raconte à quel point ma soirée en compagnie d'un autre était vraiment géniale! Je n'aime pas savoir qu'un amant se compare inconsciemment à un autre... Mais je ne me cesurerai jamais pour autant. 


Les couteaux volent bas dans la blogosphère. Je prends en exemple Pierre-Marc Drouin, anciennement Luc-Pierre le parfait salaud, qui avait été démasqué l’an dernier. As-tu peur que l’on te fasse le coup ?

Oui. C'est sur! Et je n'arrive pas à comprendre cette motivation chez les gens à agir ainsi. De la jalousie? De la haine? Je ne sais pas...C'est pour cette raison que je choisis minutieusement qui je laisse entrer dans ma bulle personnelle. Il faut rester lucide: Un rien et mon monde pourrait s'écrouler. Pas juste le monde virtuel ( comme dns le cas des bloggueurs mentionné plus haut) . Le réel aussi. Pas juste ma vie et ma famille... celle de mes amants aussi.


Avec toute l’ampleur qu’a pris ton blog, écris-tu plus pour toi, ou pour les autres ?

Toujours pour moi-même....
J'aime par contre savoir que j'ai aidé qqun à se sentir moins seul dans sa situation ou j'ai fait comprendre des trucs à d'autres à travers mes écrits, mais je le fais toujours tout d'abord pour moi-meme...


Est-ce qu’il t’arrive d’écrire un billet et de finir par te dire que tu ne peux pas poster un truc pareil, même anonyme ?

Oui, ça m'est arrivé quelques fois. Je ne raconte pas toujours tout ce qui s'est passé parce que c'est parfois trop hard ou trop difficile à lire. Des pratiques sexuelles moins convetionnelles ou un billet où j'ai le goût de me défouler et traiter un ancien amant de cave( par exemple). J'essaye de raconter autant le positif que je négatif d'une relation adultère, mais je ne rentre jamais dans le détail des conversations intimes ou révélations qu'un amant ou un lecteur va me faire. Aussi, certaines choses que j'ai décidé de garder pour moi. Juste parce que même en l'écrivant, je ne serais pas sure que ce soit interpréter de façon juste. Parfois, juste parce que je n'en ai pas envie. J'écris seulement quand je sens la passion d'écrire à l'intérieur de moi. Je ne le fais jamais comme un "devoir". Donc oui, il m'arrive de ne pas publier des trucs, juste parce que je juge que je ne peux pas confier des secrets publiquement ou parce que je n'en ai simplement pas le goût. 


Je me souviens, lors de ton histoire avec le blogueur Tristan, plusieurs lecteurs croyaient que vous étiez en fait la même personne.  Peut-être est-ce un hasard, mais il me semble que ta popularité a grimpé dès que vos blogs respectifs n’ont plus eu de lien ensemble (Ta plume étant visiblement meilleure que la sienne…avis personnel…hihi !) Si l’occasion se présentait encore, recommencerais-tu l’expérience d’avoir un autre blogueur comme amant ?

Oui je le referais sans problème. J'ai trouvé cela très dommage pour cette relation que je croyais sincère... en fait j'ai trouvé ça vraiment horrible la façon dont Tristan m'avait laissé à l'époque en ne faisant aucun égard sur la relation qu'on avait vécu ensemble. 
J'ai eu beaucoup de difficulté à accepter qu'il m'ait posé un lapin pour ensuite me larguer publiquement sur son blogue et d'être si fier de son geste ingrat. Il n'a pas daigné m'appeller pour me faire part de ce qui se passait ou de comment il se sentait. J'ai appris en même temps que tout le monde que je lui avait servi d'objet sexuel et qu'il n'avait eu aucune considération pour moi ou pour ce qu'on avait vécu ensemble. En gros, il m'a jeté comme un déchet et s'est senti très mâle et fier de le faire de la sorte... 

jamais rien expliqué (j'attend toujours une explication de sa part!) et m'ayant laissé avec mes théories sans réponses, je suis donc 

restée avec ce souvenir amer de notre relation et très peu de bon souvenirs... Dommage.

Mais ça j'ai compris que c'est lui qui a agit en con et en minable.

Avec le recul, j'ai réalisé que je n'avais rien à me reprocher en tant qu'individu... j'avais juste eu affaire à un homme très "faux" et incapable d'assumer ses actes.
Si mon blogue a gagné en popularité après notre rupture, des fois j'ai l'impression que les lecteurs ont réalisé l'homme qu'il était foncièrement en même temps que moi... bref, une fois qu'il était trop tard! hihihihi!
Des fois, je me dis que ça peut faire partie de la "game" ( de se faire larguer publiquement après avoir vécu un amour tout aussi public) mais par contre, je sais qu'il y a probablement peu de chances qu'on me traite de la sorte une 2e fois.... ( du moins, je vais le voir venir de loin en titi, cette fois-ci!) hahahahahaha!! On apprend de ses erreurs comme on dit!!

Mais non, jamais je n'ai rien regretté.





15 commentaires:

Ève a dit…

Merci de tout coeur Mariposa, je t'en redonne des nouvelles dès que ça me sera possible :)

Anonyme a dit…

J'ai un doute : ce blog, c'est de la littérature?

Mariposa a dit…

Peu importe le type de littérature que c'est ... j'imagine que oui.. s'en est ! ( que tu apprécies ou non!)

Merci Eve pour ton questionnaire!
xx

Priscilla a dit…

Bah à lire la définition, oui c'est de la littérature : ''La littérature se définit en effet comme un aspect particulier de la communication verbale — orale ou écrite — qui met en jeu une exploitation des ressources de la langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu'il soit lecteur ou auditeur.''

:) Mon papillon ? j'veux d'autre photos !!! :)

Ève a dit…

Précision auprès de l'anonyme: Que ce blog soit de la littérature ou pas, mon but est surtout d'établir un parallèle entre l'auteur d'un livre et l'auteur d'un blog, de quelle façon ils vivent leur solitude d'auteur et de quelle façon ils vivent leur médiatisation.

(Attention Mariposa, ça a peut-être semé la controverse tout ça, ça sent le débat enflammé! Hahahaha)

Mariposa a dit…

hihihi!!!

Y'en a qui aiment la controverse! ;-)

Anonyme a dit…

Si ça peut intérieurement te rendre méchamment contente (on est toute comme ça à un moment ou un autre :P): en tant que travailleuse sociale en milieu psychiatrique, je n'ai jamais vu un tel cas de narcissisme pathologique que ton ex amant. Fallait que je le dise ;)

Vitriol a dit…

«je n'ai jamais vu un tel cas de narcissisme pathologique que ton ex aman.t» Amen, ostie.

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec anonyme !!! narcissique au max c'est complètement pathétique et triste à la fois...

Elyse

Mariposa a dit…

Pourquoi on s'en rend jamais compte quand on est en plein dedans ?!?!

... m'enfin...

l'important, c'est d'avoir eu mal leçon!

Merci à tous pour vos commentaires!

Anonyme a dit…

J'imagine que la définition de littérature peu changer avec les années.. surtout avec la grande popularité des blogs... pk le blog de mariposa ne peu pas être considéré comme de la littérature??? j'aurais aimé que le premier commentaire de annonyme en haut développe un peu plus...

Anonyme a dit…

Pour faire suite à mon commentaire de narcissique, Mariposa je te dirais ceci: quand un(e) patient(e) me demande, comme toi, pourquoi on ne s'en rend pas compte quand on est dedans, je réponds: "Madame, prenez cette photo de votre famille. Collez votre nez dessus. Pouvez-vous voir ce petit défaut que vous n'aimez pas de votre mari? Maintenant éloignez la photo de votre nez. Vous avez ainsi une vision plus globale et objective de votre situation"

Mariposa a dit…

WOW!!! j'adore la comparaison de la photo.

Merci!
xx

Anonyme a dit…

Chère étudiante, je pense que votre professeur va être perplexe devant votre définition. Si désormais ce sont le "auteurs" qui décident du "genre" de leur "écriture" à quoi bon faire appel à des spécialistes? A quoi bon faire des études? Il suffit d'écrire... Enfin, moi, cela m'est égal. Tout le monde sait que sur internet, les gens disent n'importe quoi.

Judie K a dit…

Mariposa je sais que tu n'aimes pas les demandes particulières, mais je le fais quand même. Pourrais tu expliquer brièvement ou mettre des liens concernant cette histoire de "Pierre-Marc Drouin, anciennement Luc-Pierre le parfait salaud" ?