Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

dimanche 30 octobre 2011

1ere collaboration et entrevue radio sur le blogue de l'ami Seb


Je vous disais il y a peu de temps, j'allais collaborer au blogue de l'ami Sebastien ( mieux connu sous le pseudo @HmSeb sur Twitter ) pour parfois venir animer avec lui et vous pondre aussi quelques chroniques de mon cru.


Cette première expérience en compagnie de Sebastien s'est très bien déroulée. J'ai bien aimé le résultat malgré le fait que nous avons pas mal improvisé le tout et qu'on a fait cela d'une façon simple et sans prétention.


Pour cette première apparition sur le Podcast de Seb, mon ami a décidé de me passer en entrevue et expliquer un peu la naissance de ce blogue, qui je suis, quelques anecdotes et bien sur une super bonne chanson de Gotan Project choisie par Sébastien pour conclure le tout.


Vous voulez entendre ma voix ( pas tant sexy car je suis malade et j'ai la gorge en feu, pardonnez-moi)


Je vous invite à écouter notre toute première collaboration ici : 







Enjoy !!!!! 

Rencontre torride express dans une ruelle du vieux Montréal...







J'étais tranquillement en train de travailler lorsque je reçois un message de mon beau Guillaume...




"Tu es toujours au bureau ?!"




Je souris. Je lui réponds:




" Oui, je reste plus longtemps. J'ai un cocktail plus tard donc j'avance du travail ici en attendant..."






Il m'écrit: "Rejoint-moi en bas en avant de ton édifice dans 5 minutes alors..." 






Hummmmmmmm........




Je savais que mon amant passait son après-midi dans le vieux Montréal et qu'il était tout près de mes bureaux. Je me lève d'un bond de mon bureau, je ferme le capot de mon ordinateur portable, éteint mon 2e écran, attrape ma sacoche en vitesse et me rue vers l'ascenseur à toutes vitesse avec le coeur qui battait fort dans ma poitrine...




Il n'y a rien qui m'excite plus qu'une petite incartade spontanée et improvisée à la dernière minute. Vous savez, quand rien n'est planifié la fébrilité me gagne d'une façon indescriptible. J'ai cette adrénaline en moi qui fait en sorte que j'entre en quelque sorte dans un état second. Plus rien n'existe à l'intérieur de moi à part le pur bonheur. 


Et c'est comme une drogue. On en devient accro j'ai l'impression....




Il est 17hrs, il commence déjà à faire noir. Je regarde mes derniers courriels sur mon téléphone lorsqu'il arrive en avant de moi. Je l'embrasse et j'oublie complètement de regarder autour de nous s'il n'y a pas quelqu'un qui pourrait nous reconnaitre. 


Ces douces lèvres effleurent les miennes et une vague de passion m'a envahie. J'ai pris Guillaume par la main et je l'ai entrainé vers une petite ruelle glauque et étroite juste à l'arrière du vieux bâtiment dans lequel je travaille.




Le vieux Montréal a cet avantage d'avoir de toutes petites rues et tous pleins de recoins sombres et discrets. 




J'ai donc attiré mon amant vers un de ces endroits sombres pour me laisser aller plus librement a mes envies du moment: profiter à fond de la présence de Guillaume.




Guillaume me dévorait littéralement de ses lèvres, je lui rendais ses baisers. C'était chaud, passionné, enflammé. Rarement, j'ai eu autant envie de le sentir contre moi. Guillaume m'a plaqué contre le mur et m'embrassait partout. Il déposait des baisers dans mon cou tout en m'agrippant fermement par les fesses. Ses mains partaient à la découverte de mon corps, je sentais sa respiration s'accélérer de plus en plus tandis que je m'emparait de son sexe déjà raide à travers son pantalon. 


Guillaume me plaqua encore plus fermement contre le mur et vint introduire ses doigts encore froid par la température sur ma chatte qui elle, était bouillante et bien coulante de désir. Le contraste de température provoqua un sensation très stimulante et excitante. Les doigts de mon beau prince glissaient aisément sur mon clitoris. Il me titillait de façon rapide et intense et mon corps réagissait par de doux soupirs d'extase qui devenaient de plus en plus saccadés et de plus en plus forts...




Des passant déambulaient pas trop loin de nous dans la petite ruelle et certains nous ont probablement aperçu. Chose certaine, le cook du resto asiatique du coin de la rue avait droit à tout un spectacle. 




Toujours avec la queue de Guillaume bien en main, je le massait généreusement pendant qu'il continuait à me donner du plaisir...


Ma respiration devenait de plus en plus forte. J'avais peine a retenir mes cris...




Guillaume m'embrassa à nouveau, il vint me chuchotter à l'oreille: " Allez Mariposa... jouit ma belle... laisse-toi aller..."


Il a plongé un doigt en moi, m'a massé vigoureusement l'intérieur...J'ai fermé les yeux, j'ai penché la tête vers l'arrière et j'ai joui dans un spasme intense d'extase...












J'ai embrassé mon amant une dernière fois.  Je devais retourner à mon 5à7. 




Il est parti à gauche.




Je suis partie vers la droite. 






Si vous avez vu un homme se promener jeudi soir dans le vieux Port avec une énorme érection... Non, il ne s'agissait pas d'un maniaque ...




C'était seulement Guillaume qui tentait de dissimuler son taux d'excitation! .....




hihihihihi!!!!

jeudi 27 octobre 2011

Cybersexe sur Skype


J’étais en train de travailler tranquillement à la maison. J’avançais quelques contrats en paix et prenait la journée relax. Je me mets soudainement à penser au beau Philippe après que j’aie vu une de ses mises à jour passer sur un réseau social.

«Hey, salut ! T’as vraiment l’air de t’emmerder au boulot ...»

«Bof, c’est long aujourd’hui on dirait... c’est comme si je manquais de motivation ou je ne sais pas quoi ...»

J’ai souri. Vous connaissez mon côté coquin. Vous savez que je peux parfois avoir la réplique facile. C’est dans mon tempérament. Je suis comme cela. Je dis 3 millions de conneries par jour. Je m’en fiche d’avoir l’air intelligent ou non aux yeux des autres. Tant que je rigole et que je m’amuse dans une journée, c’est à peu près tout ce qui m’importe.


J’ai l’impression que Philippe l’a compris. Ou sinon, il m’apprécie quand même malgré les boulons manquants dans mon cerveau parce qu’on se parle encore sur une base presque quotidienne. Jamais grand-chose. Juste un petit salut en passant et une remarque sur un sujet d’actualité, qui concerne nos métiers respectifs ou nos intérêts communs. Des échanges simples, amusants et d’une complicité toujours aussi forte. 

Je vous ai dit que j’avais cette facilité à deviner les gens. Un sixième sens à reconnaitre les compatibilités quand je rencontre quelqu’un. J’avais dit que Philippe était quelqu’un qui me plaisait beaucoup et avec qui je me sentais à l’aise d’échanger et d’être simplement moi-même. Je ne me suis pas trompée. 

Et ce, même si aucun déclic ne s’est fait autant de sa part que du mien lorsque nous nous sommes rencontrés pour ce 5à7 à l’hôtel Swann, j’ai toujours quand même continué de trouver Philippe sexy. C’est vrai, il n’est pas moins beau parce que je n’ai pas eu d’envies sexuelles pour lui. Je sais qu’il est le genre de gars pour qui probablement je serais du genre à craquer... mais je ne sais pas pourquoi: je n’en avais pas le goût. Pas à ce moment-là du moins.

On a toujours par la suite entretenu des échanges francs et amusants en même temps, sans jamais retomber dans le flirt ou ni rien. 


« Tu me connais Philippe... je suis excellente pour divertir et motiver le monde... mais disons que c’est dans un autre domaine que le travail .... Bon, à moins que ce soit du travail «manuel» hihihihihihi!» que je lui réponds, toujours par message privé.


« Tu me fais bien sourire en tout cas! ... Vraiment? ... Parce que je me sens un peu exhibi ...»

« Hum.... tu me donnes le goût de me caresser ....»

«Tu as Skype?!» que me demande Philippe.
OOOOOoooouuuuUUUUuuuhhhhhhhHHH!!! Mes yeux se sont illuminés d’un coup.
Hummmmm... 


Déjà les photos de Philippe ont toujours su m’allumer instantanément. Mais là, que monsieur m’offre une petite séance vidéo live, comme cela, vraiment improvisée et spontanée m’a mise dans un état de fou. J’ai débranché le chargeur de l’ordinateur portable et suis partie au lit avec le laptop. J’ai sorti mon jouet favori, j’ai baissé mon pantalon et j’ai commencé à me caresser. Ma chatte était bouillante et ruisselante juste à l’idée, mes doigts glissaient déjà aisément par ce trop-plein d’humidité d’entrecuisse causé par la proposition sexy impulsive de Philippe. 

Philippe de son coté par s’enfermer à la salle de bain de son bureau. Il me fait ensuite une demande de vidéoconférence. 
Je l’accepte illico.

L’écran s’ouvre.

Je le vois. Souriant. Il est sur Skype via son iPhone. 

Je le trouve beau. Je lui souris en retour. Je le salue de la main. Il me rend mon bonjour.
Il tourne son appareil photo vers le bas et je vois le sol. Tout à coup le cadre se précise...
Et je le vois dans toute sa splendeur...

Souliers chics, pantalon propre, chemise... Le look que j’aime...

Mais en premier plan:
Sa belle queue fièrement dressée et bien engorgée de sang par l’excitation. Son membre est glissé hors de sa braguette. Juste par sa façon d’être bien bandée et bien droite, j’avais l’impression que ce petit moment d’incartade virtuelle l’excitait autant lui que moi.

Philippe m’a déjà avoué avoir été lui aussi un homme infidèle dans le passé. Il ne l’est plus malgré parfois les tentations et/ou occasions qui ont pu peut-être survenir dans sa vie. Personnellement je trouve que c’est admirable qu’il ait pris la décision de rester fidèle à sa femme même si j’ai ma théorie qui dit que lorsque l’on a déjà été infidèle, il est difficile de résister de le redevenir sage à nouveau lorsque nous avons déjà goûté une fois à cette passion ( ce fruit défendu.... Ouuuuuuhhhhh!!! ). Par contre, mon beau trentenaire marié et père de deux enfants a le droit de pimenter sa vie sexuelle de la façon dont il en a envie et s’il a le goût d’une petite séance de cybersexe ou de s’il a le goût d’envoyer ou de recevoir des photos osées de quelqu’un d’autre que sa douce, en sachant très bien (toujours en prenant le risque de ne pas se faire prendre) que ce n’est pas réellement de l’infidélité.
D’ailleurs, j’aimerais ouvrir une mini parenthèse là-dessus:


Il n’y a pas longtemps j’ai lancé sur mon fil de nouvelles Twitter:


Pour vous: Le Cybersexe est-il considéré comme tromper son conjoint ?
Je dois vous avouer que vous avez été vraiment partagé et que la réponse reste encore à 50% disent oui et à 50% disent non ...
( fin de la parenthèse) 
Vous savez maintenant que pour moi, s’en est pas vraiment.... mais qui suis-je pour prétendre cela ?!? ( Euh.. LOL ! ) 
Vraiment , cette séance improvisée et spontanée m’a allumée comme pas possible. Jamais je n’avais eu droit à une masturbation live ainsi au bureau.
Je me suis déjà livrée a des séances de cybersexe via webcam avec un amant ou j’ai déjà envoyé de jolis vidéos de moi me caressant généreusement et gracieusement devant la camera. Mais par contre, me caresser live devant un homme que je ne connais pas tant intimement, spontanément, je ne l’avais jamais tenté encore.
WOW... les papillons dans le ventre que j’avais à ce moment précis...
J’étais excitée comme pas possible.
Sans blague, quelques secondes ont suffi et j’ai joui.
Je sentais mon sexe vibrer et convulsionner de plaisir. 
Je regardais Philippe s’astiquer le manche. Je voyais son gland rose et d’une forme parfaite.
En plus de ma chatte coulante, je salivais littéralement tellement ma langue avait le goût de venir en vrai sur ces images exaltantes qui défilaient sous mes yeux.
Je le regardais se masturber et je continuais à me masturber. C’était chaud. Intense. Collant. Suintant. 
Je sentais déjà un deuxième orgasme vouloir venir se faire sentir. J’avais peine à tenir mes yeux ouverts et rivés sur l’écran tellement l’excitation était intense....
.... Et j’ai encore explosé ... dans un deuxième tonnerre interne de jouissance. Mon corps entier s’est crispé sous un spasme intense... c’était délicieux.
Juste au moment où j’ai rouvert les yeux après cette forte vague d’extase, je voyais le beau Philippe éjaculer devant moi.
OOOUUUFFFFFFFFF!!!!!!!!!!!
Ce fut d’une intensité incroyable....
Nous avons terminé la conversation avec tous les 2 un énorme sourire aux lèvres. 
Rarement j’ai été aussi excitée par une séance intime devant la webcam. Je dirais même que je n’ai jamais joui aussi fort devant une caméra. J’ai adoré cette petite expérience avec Philippe. Je sais qu’il a mis de côté ses activités extra-conjugales de côté par amour pour sa femme... Mais si jamais des petites expériences virtuelles comblent son côté exhibi et qu’il me trouve assez sexy et attirante pour renouveller l’expérience une fois de temps en temps, je suis totalement ouverte à ce concept.
Philippe voudra il renouveller l’expérience avec moi ?!

Je ne sais pas...
Mais j’espère !!!

lundi 24 octobre 2011

Photo du jour: I will fuck for shoes....

Ohh yeah!!


i ever did ...


i would did it again


You know what ?!? i had never regretted it ...


What a slut i am !!!!!!!!!!!


hehehehehe!!!




Le retour de Marc...

La semaine dernière j'ai eu des nouvelles de Marc, un amant que je fréquentais l'an dernier que j'avais connu avant de faire la connaissance de Guillaume.




Ceux qui me lisent depuis longtemps savent que je l'avais rencontré à l'époque où j'étais avec mon ancien amant Tristan et nous avions eu l'occasion d'avoir quelque fois de belles petites rencontres coquines qui étaient ma foi, très plaisantes.






Marc est un bel homme vers la fin trentaine, habitant le Plateau Mont-Royal et travaillant de le domaine des arts et spectacles. C'est un homme qui voyage énormément et qui a fait plusieurs fois le tour du monde pour des raisons professionnelles. Quand il revenait à Montréal, il prenait toujours la peine de m'envoyer un petit message ou de me donner un petit rendez-vous coquin et avec le temps, nous avons eu beaucoup moins d'occasions de nous voir.






En fait, c'est très particulier la relation que j'ai entretenu avec Marc. 






C'est spécial, mais Marc a un peu été comme l'amant secret de mon blogue.




J'ai du à un moment donné un peu cacher ici ce qui se passait avec Marc parce que même si au départ c'était mon amant de l'époque ( Tristan) qui m'avait un peu poussé à aller vers lui, fut un moment où Tristan ne supportait plus de me voir heureuse avec un autre que lui.  






Je me souviens d'une époque où mon ex-amant et moi carburions beaucoup aux fameux "défi sexy" que l'on se donnait à relever pour ajouter du piquant et du mordant à la relation.






Je me souviens quand il me demandait si je pouvais réussir à voir Marc, à baiser avec lui afin de mériter de me faire baiser par la suite par Tristan.






Tant que mon défi n'était pas réussi, je ne méritais pas de me faire baiser par lui.






J'aimais énormément Tristan. Vous vous doutez bien que j'étais capable de toutes sortes d'acrobaties en tout genre pour réussir à lui plaire. 






Je vous jures, ce genre de trucs vous mets l'adrénaline dans le tapis.




Je ne détestais pas cela.




Par contre, avec le recul j'ai réalisé que c'est peut-être en partie cela qui a fait que notre couple s'est consommé à une vitesse incroyable et qu'au final on s'est complètement brulés tous les 2.






Voyez-vous autant mon amant de l'époque trippait solidement sur le cuckholding ( voir définition pour ceux qui ne connaissent pas cette pratique
Autant il a réalisé à quel point cela venait vraiment le chercher intérieurement et qu'il m'avouait avoir de gros sentiments de jalousie qui venaient le frapper à chaque fois.




Je l'ai senti tout de suite.






Je le voyais dans sa façon de réagir qu'il n'aimait pas cela.




Je me souviens même d'un billet où il m'avait une première fois largué via son blogue (avant le coup ultime) alors que j'étais encore à prendre un verre avec Marc sur la terrasse de chez ma soeur.






Je me souviendrai longtemps de cette soirée où Marc avait vu tout le malaise dans mon visage quand Tristan avait piqué une crise énorme au téléphone et m'avait raccroché la ligne au nez pour tout de suite écrire un billet sur son blogue expliquant que j'avais franchi un limite de trop en invitant Marc à venir passer une petite soirée intime chez ma soeur.




Il n'avait pas aimé cela.


Il s'était senti mis de coté au profit d'un autre.


On s'était expliqué longuement, je lui ai fait comprendre qu'il était le plus important dans mon coeur... mais cet épisode a probablement fait une cicatrice permanente dans la relation qu'on entretenait Tristan et moi...




Et aussi une sur celle que Marc et moi entretenions....




Car ce soir-là, ce fut malheureusement la dernière fois où nous nous sommes vu Marc et moi....




Cela fait maintenant au-delà d'un an et demi...




Par contre, nous avons toujours gardé contact.




À Noël, à nos anniversaire nous nous écrivons. Nous avons gardé contact et échangeons parfois encore des messages privé ou une légère conversation via le chat.


Pas Tristan. Il est resté vexé par tout ce qui s'est passé. Je n'ai plus aucune nouvelles.




La semaine dernière, Marc me parlait et il me rappelait cette dernière fois à l'appartement de ma soeur où il m'avait si délicieusement mangé la chatte...






Un flot de souvenirs a émergé.




J'avais des flash de sa langue me faisant jouir, de sa queue en moi qui me donnait tant de plaisir...
Nous avons discuté une bonne demi-heure en privé et Marc me disait des trucs qui me faisaient totalement mouiller.






" J'aimerais qu'on se revoit... ça fait trop longtemps!" que me dit Marc.






On s'est promis un souper bientôt.




J'ai hâte de le revoir.




Marc était un gars très plaisant. J'ai bien aimé sa personnalité et je savais dès ma première rencontre avec lui que c'était un gars que je voudrais revoir plus qu'une fois...






Et quand j'ai senti que subtilement, si je ne voulais pas perdre Tristan, il fallait que j'arrête de voir Marc ou Guillaume que j'avais commencé à fréquenter entre-temps et que j'ai finalement écouté mon coeur et décidé de ne pas le faire... 






Maintenant, avec le temps et le recul, je sais que j'ai fait le bon choix d'être définitivement restée ........


Fidèle, qu'à moi-même..... 
(!!!!!!!!!!)









dimanche 23 octobre 2011

Photo du jour et Mariposa animatrice sexy de radio





Je ne sais pas pourquoi, mais j'aime cette photo que ma copine Anouck a prise de moi vendredi dernier lors d'un petit souper entre filles que j'ai fait en sa compagnie et celle de ma cousine Amy.






Ce fut une superbe soirée.






J'ai des copines en or.




La vie va bien, j'ai encore toujours mille et un projets qui roulent en même temps. 




Je me consacre à mes différents blogues (3 en tout) mais aussi je commence à m'impliquer un petit peu plus aussi dans les projets de mes amis et camarades blogueurs.






Depuis quelques temps, j'anime une petite chronique à la radio qui parle de sexualité et de relations hommes/femme. J'ai donc mon 15minutes de temps d'antenne 1 vendredi sur 3 dans cette petite station de radio de la région de l'Estrie.




Ma dernière chronique fut: Comment pimenter sa vie sexuelle.




Si jamais vous avez des suggestions de sujet que vous voudriez m'entendre parler, n'hésitez pas!




J'en suis déjà rendu à ma 2e chronique. J'ai bien hâte de renouveler l'expérience. 




Parlant d'expérience radiophonique. Je me joindrai bientôt à mon ami Sebastien pour venir co-animer avec lui une fois de temps en temps sur son Podcast. Allez visiter son site. Je suis accro a ses mix musicaux. Seb étant Dj.




Je viendrai vous poster les liens de mes chroniques. Donc, probablement que vous aurez l'occasion d'écouter ma douce et sensuelle voix.




Bonne soirée ! :)

mercredi 19 octobre 2011

Mariposa: La Masturbo-Thérapeute gardant ses talons au lit....


J’avais tellement envie de lui.

C’est fou comment j’attendais cette journée avec impatience.
Je m’étais préparée soigneusement la veille. Je voulais que cette journée intime soit parfaite. Je savais que nous n’avions pas autant de temps qu’à l’habitude et que j’étais un peu plus limitée puisque malheureusement étant dans ma mauvaise semaine en tant que femme, il me fallait faire donc preuve d’un peu de créativité pour assurer d’avoir autant de plaisir tous les 2 qu’à l’habitude et que ce petit détail ne change rien au planning de notre après-midi ensemble.
On s’est donné rendez-vous sur l’heure du diner. J’ai décidé de devancer mon bel amant et arriver à la chambre une petite demi-heure avant lui question de pouvoir me préparer soigneusement et l’attendre dans mon déshabillé favori. 
J’avais apporté mon nouvel appareil photo, mon ordinateur et mon sac avec mes effets personnels et ma trousse de la parfaite maitresse. Je me suis mise à l’aise, j’ai enfilé mon déshabillé, mes bas nylons, mes escarpins noirs lustrés et j’ai mis une compilation musicale que j’avais faite la veille.
Je sentais que cette rencontre serait pour être vibrante. Depuis quelques jours, je sentais Guillaume en feu. Juste par ses propos.
« Quand on se verra, je veux que tu portes tes nouveaux escarpins noirs ou tes longues bottes aux cuisses. Et tu ne les enlèves pas au lit....»
Guillaume sait que je me suis acheté 3 paires de bottes et une paire d’escarpins super vertigineux la semaine d’avant. Je lui avais envoyé quelques photos de mes achats et cela l’avait rendu fou de désir. 
J’avais loué une méga suite. La 205 de l’hôtel Le Chablis. Avec lit king, miroir au plafond et Méga bain-tourbillon pouvant accueillir au moins 4 personnes. Une suite que je n’avais jamais eu l’occasion d’avoir et que j’étais curieuse d’essayer.
J’ai texté mon amant. 
« Suite 205 mon beau prince. Je t’y attends...»
« Tu y es déjà?!»
15minutes plus tard, j’entends cogner. Guillaume arrive et m’embrasse passionnément à peine entré dans la pièce. C’est fou combien j’attendais ce moment avec impatience. Je voulais mon amant tout entier, je me délectais de ses baisers. Je sentais ses lèvres venir se loger dans le creux de mon cou. J’adore ce petit moment où je le sens respirer mon parfum et que je m’imprègne du sien. Son parfum Chanel lui va à merveille. J’en suis totalement accro.
Il me regarde de la tête aux pieds avec des yeux remplis d’admiration:
«Wowwwww... tu es magnifique. C’est fou comment, tu es belle...»
J’embrasse mon amant, je prends son visage entre mes mains et je lui réponds:
« C’est toi qui me rends belle comme ça...»
C’est vrai. Si j’ai l’impression d’autant rayonner et de me sentir aussi belle, c’est beaucoup parce que Guillaume est dans ma vie, qu’il me fait sentir belle et que j’ai toujours le goût de l’être pour lui.

Je l’attire vers le lit. Je lui souris. Je lui propose de le laisser entrer et respirer un peu, nous qui avons l’habitude de passer tout de suite au feu de l’action dans l’empressement et dans la fougue du moment. Cette fois-ci n’a pas fait exception.



Guillaume me caressait partout, ses mains parcouraient mon corps pour venir s’attarder  plus longuement sur mes fesses et mes seins. Je sentais son membre déjà hyper dur se frotter sur ma cuisse. J’ai aussitôt posé ma main sur cette excroissance qui était définitivement gorgée à bloc de sang et qui semblait vouloir presque déchirer son pantalon tellement je sentais la pression forte. Tout de suite j’ai défait la ceinture de mon amant, j’ai tout de suite reconnu ses boxeurs ARMANI. J’ai ensuite glissé ma main à l’intérieur de son sous-vêtement pour venir libérer sa verge énorme et bien gonflée. 


Mon amant a glissé sa main sous ma culotte et a probablement tout de suite senti à quel point j’étais humide. Ma chatte coulait déjà abondamment de son nectar. Je gémissais déjà de plaisir tandis que ses doigts s’enroulaient autour de mon clitoris. Ma chatte bouillait et bouillait de désir. Les doigts de Guillaume se promenaient de ma chatte à mon clito de plus en plus rapidement. Le crescendo de mes cris de plaisir lui montrait que j’étais déjà proche de l’orgasme et mon amant accélérait et appuyait de plus en plus fort sur mon clitoris si bien qu’en très peu de temps, je me suis sentie propulsée au 7e ciel dans des convulsions de plaisir. Ma chatte remerciant les doigts de Guillaume par des spasmes comme si elle embrassait ces divines extrémités qui venait de lui offrir une si fabuleuse jouissance.



Nous sommes ensuite passés au lit. À genoux devant mon amant, j’ai pris sa verge dans mes mains. Je l’ai massé longuement. J’aime ses yeux qui se remplissent de millions d’étoiles au moment où je commence mes douces stimulations. J’adore le regarder droit dans les yeux pendant qu’il prend son pied. 


Pour offrir la plus belle vue possible à Guillaume. Toujours à 4 pattes, j’ai retroussé mes fesses et lui ai laissé la plus belle vue possible sur mon derrière qu’il s’attardait à regarder parfois dans le reflet du miroir du plafond.

J’ai laissé couler ma bave sur son sexe bien dressé, je l’ai masturbé ainsi en y ajoutant de la salive. 


Il m’a prise par la crinière et m’a enfoncé son sexe très profondément dans la gorge. Toujours agrippé à ma queue de cheval, il me pénétrait la bouche à grand coup de bassin me bâillonnant de sa verge anormalement gonflée d’excitation et la regardait disparaitre complètement dans ma bouche.


Guillaume gémissait de plaisir, j’entendais sa respiration devenir de plus en plus saccadée et audible. Des fines goûtes de sueur commençaient à perler sur son front. Son gland était mauve et énorme. Je me suis mise à lui bouffer les couilles tout astiquant bien son manche de mes 2 mains...

« Tu vas me faire jouir...»


Je le regarde dans les yeux avec un regard de petite perverse et lui réponds:


« J’en veux partout sur mon corps....»


À peine ma phrase terminée que je me faisais dignement arroser de toute sa semence partout sur ma poitrine et dans le visage...


J’ai regardé mon amant avec un sourire de satisfaction. J’étais fière du dégât que je venais de lui faire provoquer...


Et en plus, j'avais gardé mes talons au lit tel que stipulé! héhéhéhéhé!! 


Je me suis levée et suis partie me rafraîchir à la salle de bain. J’ai rapporté une serviette humide à mon amant et nous avons relaxé, collé tels 2 amoureux dans l’énorme lit king. Ces longues minutes au lit étaient si agréables. L’étreinte de Guillaume a quelque chose de tellement apaisant et réconfortant. Je pourrais passer des journées entières simplement dans ses bras, à sentir la chaleur de son corps contre le mien.


Nous avons ensuite commandé 2 repas de Général Tao au petit restaurant Chez Ô situé juste de l’autre coté de la rue et Guillaume a sorti une bouteille de vin rouge qu’il avait amené avec lui de sa cave personnelle pour l’occasion.


« C’est un vin que je n’ai jamais goûté avant. On me l’a offert. On va le déguster ensemble...»


Guillaume est trop sweet. J’aime ces petits gestes subtils d’attention qu’il me porte. J’ai l’impression d’être un peu spéciale à ses yeux. C’est fabuleux comme sentiment.


On a mangé . On a parlé de toutes sortes de trucs. Guillaume me parle de ses projets. Je le trouve chanceux d’avoir des opportunités de voyages. On se parle de nos prochaines vacances. Dans le temps des fêtes, nous aurons peut-être l’occasion de pouvoir passer une ou quelques nuits ensemble. Difficile à dire encore à ce jour si c’est réalisable, mais nos boulots font en sorte qu’il va peut-être falloir rester quelques jours en ville pendant nos familles respectives prendront la route pour la campagne en pour aller rejoindre la famille.


Nous avions eu la chance de pouvoir le réaliser l’an dernier...


Ce n’est pas impossible cette année non plus! 
( J’ai tellement hâte à cet hiver!!)
Après le repas, nous avons fait couler l’immense bain Jacuzzi.



J’avais apporté des bulles pour le bain de chez BELLA PELLA et une boule effervesante de chez LUSH pour qu’on puisse se recréer une petite ambiance de SPA. La mousse riche et onctueuse qu’il y avait dans le bain sentait divinement bon. Nous nous sommes glissés tous les 2 dans la baignoire à remous avec nos verres de vin. 


Nous avons donc profité de ce petit instant de détente dans de bonnes bulles parfumées pour nous cajoler à nouveau. Les mains de Guillaume me caressaient sous l’eau. Mon corps était instantanément attiré par le sien, je l’ai laissé me lécher et me mordiller le bout des seins pendant que ses doigts avaient déjà rejoint mon entre-jambes. 


J’ai demandé à mon beau prince de relever son bassin et de s’assoir sur le bord du bain pour pouvoir m’offrir pleinement sa queue et que je m’occupe un peu de lui. 



C’est comme cela. En bonne petite masturbo-thérapeute que je suis, je m’assure toujours que mon «client» soit parfaitement à l’aise lorsque je m’exécute. Je sais à quel point mon amant est un amateur de mes massages de la verge et de mes fellations.

Pendant ainsi de longues minutes, je me suis adonnée à une de ses pratiques favorites et je l’ai sucé ainsi jusque’à ce que je sente son gland faire jaillir de chaudes giclées de sa semence par jets au fond de ma gorge. J’ai tout avalé tandis qu’il continuait de se déverser de sa jouissance pendant de longues secondes dans ma bouche...


Il s’est approché et m’a embrassé tranquillement.


Nous avons continué notre bain qui débordait de mousse tellement le remous du Jacuzzi avait fait tripler le volume des bulles. Nous riions comme des vrais enfants qui avaient fait des mauvais coups. Une bataille de mousse s’en est suivi. Comme des gamins qui avaient le goût de faire les fous, nous nous lancions des grosses boules de mousse au visage. On rigolait en disant que jamais nous ne pourrions faire de telles folies en face de nos enfants. ( Pas de ma fille en tout cas!) Que ce serait le pire mauvais exemple à donner et qu’on pouvait en profiter aujourd'hui pour le faire à l'hôtel puisqu’on n’avait pas à rien ramasser par la suite. Cette petite séance de lutte olympique et de bataille de boules de bulles dans la l’eau du bain nous a bien fait rigoler. C’est ce que j’adore avec Guillaume. Je peux déconner, je peux dire n’importe quelle blague insignifiante et j’ai l’impression qu’il m’apprécie sincèrement comme je suis. Autant pour mon coté femme fatale que mon petit coté de fille ne se prenant pas au sérieux.

L’après-midi a filé à toute allure comme d’habitude.


Guillaume est allé se doucher une dernière fois pendant que je rangeais mon ordinateur et les accessoires apportés. Nous nous sommes embrassés tendrement une dernière fois. J’ai plongé mon regard dans ses beaux yeux bleus, je lui ai fait une étreinte remplie de passion et je lui ai glissé un petit «Je adoré ma journée, je t’aime...» à l’oreille.

Il m’a donné un dernier baiser et m’a répondu :


«Moi aussi Mariposa....»