Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 11 janvier 2012

Préparation beauté avant une nuit avec mon amant...

C'est la partie que je préfère presque....

Me préparer soigneusement pour mon amant. Je veux être la plus belle pour lui. 

Je suis arrivée très tôt à l'hôtel. Vers 16hrs j'étais déjà à la superbe suite de l'hôtel Opus


Pour ma nuit magique en compagnie de Guillaume, j'ai bien sur enfilé ma plus belle lingerie. 

Je voulais faire un spécial pour lui. Enfiler mon nouveau dessous Playboy Intimates ( j'adore ma nouvelle culotte/porte-jartière noire et rose!) juste pour lui qui aime bien la belle lingerie. 



J'ai mis mon parfum "Thé pour un été" de l'Artisan Parfumeur et j'ai enfilé une belle tenue digne des grandes sorties. Je voulais être au top pour mon amant.



Bien sur, j'ai sorti mes jolis bas de chez Agent Provocateur. Je ne les sors que lors de grands évènements. La dernière fois que je les ai portés, c'était pour mon shooting photo en compagnie de Joseph Elfassi ( il faut que je le rappelle d'ailleurs, j'ai le goût d'une autre séance photo. À moins que je demande à mon ami passionné de photographie: Michaël s'il voudrait perfectionner sa technique de portrait, car tout comme moi, il fait beaucoup plus de photographie commerciale et photographie de paysages)




La douceur de cette pièce de lingerie ... Oufff!!!
Une lectrice m'a demandé où se trouve la boutique Agent Provocateur. Malheureusement, vous pourrez vous procurer ces bas nylons à New York ou à Londres. Sinon les achats en lignes sur le site sont possible mais à 50$ de la paire, il faut savoir choisir la bonne taille!




Regardez comment ils font une belle jambe sexy!






Je me suis donc préparée doucement au son de la compilation musique que j'ai préparé quelques minutes à peine avant pour tuer le temps dans la chambre en attendant Guillaume.




J'attendais Guillaume pour l'heure du souper. Je reçois un message de mon amant: " Désolé ma belle, je pensais être là pour 18h30.. ça sera plutôt 19h ou 19h30..."




Bon, pourquoi pas se prendre un verre en attendant. J'ai donc ouvert la demi-bouteille de Bourgogne Aligoté qu'il y avait dans le mini-bar de la chambre et je me suis servie un verre. 




J'ai appelé le service aux chambres. J'ai demandé à faire monter un seau de glace pour y mettre au froid la sublime bouteille de Chablis Grand Cru J.Moreau & Fils  que j'ai acheté à la SAQ au début de l'hiver et que je voulais absolument boire en compagnie de Guillaume pour une occasion spéciale.








Notre nuit à l'hôtel entre amoureux était l'occasion idéale pour l'ouvrir.




"Je t'avertis, je ne suis pas très en forme. Je ne sais pas ce que j'ai... probablement que je couve quelque chose. J'ai mal à la tête et aux oreilles aussi on dirait. Je m'excuse si je ne suis pas au meilleur de ma forme..." (me dit Guillaume)




Ce n'est pas grave. Tout ce qui m'importait, c'était de voir mon bel amant et de pouvoir passer une nuit inoubliable en sa compagnie. On a jamais beaucoup de temps pour discuter, se coller et refaire le monde à notre façon. Les rendez-vous clandestins ont ce désavantage de passer à une vitesse incroyable et d'être très court dans le temps. Si j'ai la chance de pouvoir apprécier et passer du temps de qualité avec mon amant, je me sens comme la fille la plus choyée et privilégiée au monde. 




Dans ces moments-là, j'adore prendre mon temps. Ce n'est pas des soirées où je tiens mordicus à faire l'amour du tout début de la soirée jusqu'à l'aube en ne dormant que très peu. Oui, j'aime... mais ce soir-là ce n'est pas de ça que j'avais envie.




J'avais envie de me retrouver collée à lui. J'avais le goût d'écouter de la bonne musique en sa compagnie tout en parlant de culture ou de politique. J'avais le goût de le caresser et de le cajoler et de lui faire un long massage doux. J'avais le goût d'une longue douche chaude en sa compagnie. J'avais le goût surtout de m'endormir paisiblement dans ses bras, le sourire aux lèvres...




C'est vers presque 20 hrs que Guillaume s'est présenté à la réception de l'hôtel OPUS.




Je l'attendais dans un des divans de la réception. Jupe en soie noire aux genoux ornée d'une grosse boucle à la taille, Chemisier vaporeux gris métallique scintillant, escarpins vertigineux noirs lustrés. Manucurée parfaitement, maquillée pour les grandes soirée, même la gérante de l'hôtel s'est exclamée:




" Ohhhh WOW! Madame Mariposa! Vous êtes de toute beauté! Vraiment et sincèrement! "Very Fashionable!", très élégante!"




J'ai rougi et je l'ai remercié. 




Quand Guillaume m'a vu, ses yeux se sont remplis d'étoiles. Je crois qu'il trouvait tout comme la gérante de l'établissement que j'étais époustouflante!




Il m'a embrassé passionnément. Ses joues étaient froides. Il faisait un sacré froid à l'extérieur. J'ai pris la main de mon amant et je l'ai attiré vers l'ascenseur. 




J'ai passé la carte dans le lecteur et j'ai appuyé sur le bouton pour le 3e étage. Dès que les portes se sont refermés, Guillaume s'est jeté sur moi à nouveau pour m'enlacer passionnément. Je n'ai jamais eu une aussi grosse montée d'excitation instantanée de ma vie. J'étais si excitée, fébrile et heureuse de le voir...




Arrivés à la chambre, la porte refermée derrière nous j'ai senti quelque chose. J'ai su que cette soirée serait spéciale et magique... et je sais pas pourquoi, j'ai senti tout de suite qu'elle allait signifier quelque chose de symbolique et de marquant dans notre relation....




(Suite dans un prochain billet!)



1 commentaire:

Bengal a dit…

Que de beaux souvenirs, une nuit volée à la vie pour être avec la personne qu'on aime avec passion.

Ces souvenirs font partie de ce que nous devenons, ils forgent notre personalité; ils nous appartiennent et lorsqu'on regarde en arrière, ils nous font sourire et rêver.