Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

jeudi 12 avril 2012

Sodomie, vin rouge et nuit magique ...

J'ai tellement passé une sublime soirée en compagnie d'Éric. C'était simple, pas compliqué. Des soirées comme nous les aimons. Éric avait apporté 2 bouteilles de vin rouge. La musique d'ambiance était super envoutante, les lumières super tamisées. Éric porte toujours une attention particulière à l'éclairage ambiant. Je ne sais pas d'où lui vient cette manie. Il ouvre et ferme toujours chacune des lumières d'une pièce et ajuste le tout jusqu'à ce qu'il soit totalement satisfait. Nous avons parlé longtemps assis sur le divan. Nous étions collés l'un à l'autre avec nos verres à la main. Il me caressait les cuisses, je lui jouait tranquillement dans les cheveux. 




"Allez, prend ton verre. On va au lit..." qu'il me glisse à l'oreille. 




Il se lève, m'attire doucement vers le lit où il m'arrache mon chandail pour venir embrasser tout de suite mes seins. Il ne perd pas son temps et dégrafe mon soutien-gorge. Je déboutonne sa chemise pour caresser son torse bombé de muscles et imberbe. Éric a tellement un corps de Dieu. C'est un gars qui s'entrainait avec moi 4 fois par semaines, c'est vrai qu'il était beaucoup plus musclé à l'époque mais il est tellement parfait, un vrai corps de pub de caleçon. Il me regarde avec ses beaux yeux bleus, son regard est pénétrant. On voit la perversité à travers ses yeux. J'aime son regard cochon. Cela n'a pas pris 10 secondes que nos vêtements avaient miraculeusement disparus. 




On s'est aimé tellement fort que l'hôtel aurait presque du nous facturer les feuilles de gypse. 




OUUUUUFFFFFFFFFFF!!!!


C'était d'une intensité inimaginable!!




" Ça fait une semaine et demi que je n'ai pas joui. Je ne me suis même pas masturbé pendant tout ce temps juste pour exploser encore plus fort pour toi. Tu va y goûter ma petite cochonne..."




Ça m'a instantanément allumé. Je me suis littéralement jeté sur lui. J'étais en feu et lui l'était encore plus.




Éric à cette façon de faire l'amour qui me fait totalement tripper. 




Vraiment. Aucun autre homme fait l'amour de cette façon. Super fougueux, super énergique. C'est un vrai workout baiser avec ce gars-là. Il trippe parce qu'il dit qu'il peut s'en donner à coeur joie. Il aime m'empaler bien à fond et avec force. Il me tiens toujours très serré les poignets, j'ai l'impression d'être complètement a sa merci. J'aime quand il me prend et que j'en ai peine à encaisser ses coups de bassin tellement il me martèle fortement. Je jouis toujours très rapidement et très bruyamment. 




Je m'empare de sa queue et je le masturbe doucement avant de continuer mes stimulations à l'aide de ma bouche. Éric gémit de plaisir. Il me dit des trucs hyper osés. J'aime sa façon de dire les choses de façon salace. Il me traite de petite cochonne, de petite salope. 




"Y'a personne qui suce comme toi, c'est juste trop fou. J'ai déjà envie de t'exploser cela en plein visage..."




Juste de me dire ça me donne l'envie d'en mettre encore plus. Je lui bouffe les couilles, et je le masturbe à 2 mains que j'ai préalablement bien enduites de lubrifiant. Sa respiration devient de plus en plus haletante, il s'écrit soudainement: " OK! STOP! on fait une pause... je vais éjaculer sinon... et je suis loin d'en avoir fini avec toi. Allez, bois ton verre de vin pendant que je te mange la chatte. On va relaxer un peu..."




Et c'est ce qui est le fun avec Éric. Il n'y a jamais de soucis de la performance, ou de décorum qui fait en sorte que je n'ai pas le droit de boire un verre de vin PENDANT que je me fais faire des petites coquineries entre les jambes! Mon amant m'a donc délicieusement mangé et doigté pendant de longues minutes, me donnant ainsi au moins 2 orgasmes. 




"Sors tes jouets. Je veux te regarder de masturber.."




On était au lit relax, à boire du vin et à se branler les2. Je m'amusait du bout des oreilles à lui stimuler la queue. On était souriant, on écoutait de la musique. Éric ne cessait de répéter qu'il voulait repartir avec ma compilation. Éric me caressait avec mon vibrateur, moi je lui faisait un long footjob. 




Il me regarde avec des étoiles dans les yeux: "Je veux tellement ton petit cul... "




Je lui souris, je me tourne sur le ventre et me place à 4 pattes. Il me prend d'abord en levrette comme j'aime. Il me tient la crinière en queue de cheval et il me tire les cheveux de toutes ses forces. Ses claques sont très forte. J'en ressens une vive douleur aux fesses, mais cela ne fais que me faire mouiller encore plus et j'en redemande des encore plus fortes. Je hurle de plaisir tandis qu'il s'enfonce de plus en plus vigoureusement. Je sens son pouce pénétrer mon anus, il s'empare de la bouteille de lubrifiant, en verse généreusement sur mon cul et sur sa verge et je le sens s'insérer en moi tranquillement ...




"C'est bon ? .... T'as mal? ... C'est bon ? ... Ohhh my god que t'es serrée. Je veux te remplir le cul. C'est tellement bon ... Ohhhhh ... ohhhhhh.. Je capote. J'aime tellement ça. T'aime ça hein ma petite salope ?!" 




Et il s'enfonce de plus en plus. Il est très dominant et il m'enfonce la tête dans l'oreiller ou me tiens très fort par le cou.J'aime avoir l'impression d'être complètement à lui. Le plaisir est rendu d'une intensité indescriptible. Éric me masse le clitoris pendant qu'il continue son va et viens dans mon derrière. Et je le sens se déverser en moi. Longuement, dans un grand gémissement, je sentais les spasme se sa queue se déversant de sa jouissance ... 


Éric s'est écroulé sur le matelas... J'ai souri. On a sorti les cloppes. On a fumé au lit comme cela faisait des lunes que je n'avais pas fait. 


"C'était tellement bon... mais c'est fou comment tu m'as achevé."


 Il a fini sa cigarette, il s'est endormi à mes cotés. Je le regardais dormir. Je le trouvais trop mignon. J'ai fini mon verre de vin. J'écoutais de la musique. J'ai fait le tour de mon "web" sur mon cellulaire. J'ai fermé toutes les lumières et je me suis blottie contre lui et je me suis endormie, nue dans ma robe de chambre de soie noir.




Quel plaisir de se réveiller en compagnie de son amant!




Depuis cette journée, Éric ne cesse de me texter à quel point il a aimé sa nuit, qu'il veut qu'on s'en refasse une avant le retour de sa copine et qu'il n'a pas hâte à son retour. 








J'ai déjà hâte de le revoir!!!!



2 commentaires:

Stan/E. a dit…

Un chouette texte, Mariposa... J'avoue que j'aime bien ce style direct pour raconter les histoires intimes, sans fioritures.

Un coucou depuis la France. Et je vous lie. lol

Anonyme a dit…

Ok! C'est clair... je ne suis pas du tout cochonne!

Ayoye!...