Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

mercredi 23 mai 2012

Ces rituels de la vie qui nous font du bien

Il y a de ces journées où j'aime partir seule, aller marcher dans la ville pour aller faire le vide.


Il y a de ces journées où j'aime particulièrement m'offrir mes petits rituels , mes petits moments d'intimité avec moi-même qui me rappellent toujours tout plein de souvenirs.


Dimanche, il faisait si beau. L'homme a décidé de faire ses tâches d'homme. Ce qui veut dire, ouvrir la piscine, sortir les meubles de patio, tondre la pelouse et poser l'air climatisé. Encore cette année, il me repose encore l'ultime question "Où as-tu déniché ce climatiseur?" et moi je lui refait d'année en année la même blague conne qui dit que j'ai offert des services sexuels à un amant pour l'avoir en retour. Il me fait toujours une tronche de l'enfer, j'éclate toujours de rire et la discussion prend toujours fin de cette façon.
C'est vraiment très drôle, moi je suis toujours crampée de rire, l'homme connait mon style d'humour, qu'il trouve pas mal moins comique d'ailleurs.


Il a trois choses auquel Mariposa la princesse ne touche pas: La Tondeuse (ou souffleuse en hiver) , Le BBQ et La piscine (sauf quand j'ai pas le choix). Il faisait beau, les enfants jouaient dehors, j'en ai donc profité pour m'éclipser et partir marcher au centre-ville avec mon iPod dans les oreilles.


Je débarque à la station Berri. Direction chez Archambault. Simplement pour aller écouter de la musique. Je n'avais pas trop d'idée en tête, donc je me suis laissée guidée par mon instinct. Des groupes que je connaissait je prenais celle dont les pochettes m'interpellaient le plus. Drôle de façon de faire sa sélection, j'en conviens, mais moi ça. Rien ne m'interpelle vraiment à part une Xieme édition d'une compilation hôtel Costes.


Je sors. Je vais marcher sur St-Denis. Je porte une petite robe soleil rose très courtes, des sandales plates de cuir serties de petites pierres, mes lunettes soleil Chanel et un chapeau de toile noir. J'arrête par une boutique de thé et une chocolaterie. Je ne sais pas pourquoi, depuis peu j'ai des rages de chocolat. Moi qui déteste normalement le chocolat. Mais en plus de ma rage de chocolat, j'avais une rage intense d'aller manger du Poulet Portugais. Donc, direction Rôtisserie Romados sur la rue Rachel pour aller à la quête de mon prochain orgasme gustatif.


J'ai pris le lunch pour emporter. J'ai descendu la rue Rachel jusqu'au parc Lafontaine où je me suis trouvé un petit banc tranquille pour m'y installer sur le bord de l'étant. Je profitais du soleil tout en mangeant mon lunch en me disant que définitivement, je devrais me taper des petites escapades en solo ainsi à chaque fois qu'il fait beau. je me souviens d'un coup que la dernière fois où j'ai précisément mangé un poulet Romados dans le Parc Lafontaine remonte à 2ans. C'était en compagnie de Tristan.


Et comme je pense à Tristan, au même instant un homme arrive et s'assoit sur le banc. "Puis-je ?!" qu'il me dit. J'ai la bouche pleine, je m'excuse en mettant ma main devant ma bouche et lui fait signe en hochant la tête qu'il peut prendre place à mes côtés.


Je regarde l'homme de la tête au pieds. Je réalise alors qu'il ressemble beaucoup physiquement à l'homme auquel je pensais quelques secondes auparavant, c'est à dire mon ex-amant Tristan. Je trouve la coïncidence assez loufoque. Je mange mon lunch tout en regardant mon fil Twitter avec mon cellulaire. L'homme assis à coté de moi sors un livre. Nous restons assis ainsi une dizaines de minutes à faire chacun nos trucs. Il lève la tête, me regarde et me dit soudainement:


" Mademoiselle, je me retiens depuis tout à l'heure de vous dire ceci: Votre robe était probablement dans la boutique à vous attendre sur le support, car elle vous va à merveilles!!... Je suis sincère!"


Je rougis. Je me met à bégayer en répondant "Merci". Il me dit que mon lunch semble délicieux, je sens clairement qu'il essaye de vouloir converser avec moi... mais moi, je n'en ai pas trop le goût. Je termine de manger, me lève et salue l'inconnu le presque sosie de Tristan.


" Au plaisir de vous revoir un jour ma très chère ! ..."


Je quitte. J'avais pas le goût de faire plus ample connaissance avec un dude un peu trop familier à mon égard et qui ressemble un peu too much à un ex. 


Je me lève et décide d'aller marcher vers le sud pour retourner vers Ste-Catherine, vers le village gay. J'adore ma promener là. Surtout l'été quand les rues sont bloquées et qu'elle est décorée de ses boules roses. 


J'arrive sur le coin de la rue De Maisonneuve et j'aperçois  le resto O'thym, resto où j'étais allée dans mes tout débuts de relation avec Guillaume. Ça m'a fait sourire. Ça m'a donné l'idée d'aller à la SAQ acheter une bouteille pour boire tranquillement à la maison pour le souper. 


J'entre à la Société des Alcools, je vais me prendre un rosé pour boire en apéritif. J'ai soudainement le goût de faire changement et de prendre un vin rouge, question de cultiver mes goûts. 




Et là je réalise à quel point je n'y connait rien. Moi qui m'était toujours promis de profiter de l'expertise de mon amant chéri pour affiner mes goûts. Hé bien zut alors! 






Tout cela pour dire que malgré le fait que ces hommes ne fassent plus partie de ma vie, ils ont eu une place dans mon coeur et continuent à faire en sorte que j'apprécie encore les beaux moments de la vie. 


Si je suis capable d'en jouir avec autant de passion, c'est qu'en quelque part, ils sont venus teinter mon existence d'instants inoubliables comme ceux que j'aime me faire revivre, tel un rituel qui revient de printemps en printemps. 




Hier, je parlais avec une copine qui m'a appris que son amant vient tout juste de lui annoncer qu'il voulait prendre distance un peu et renouer avec sa femme qu'il avait un peu délaissé (le classique, quoi!)  et je lui disais une chose que j'ai appris:


Que malgré la façon dont une histoire adultère se termine, à défaut de garder le mec... 
Faut savoir garder les beaux souvenirs en tête... et savoir les réutiliser pour se remonter le moral! 






Moi, c'est ce que j'ai fait ce weekend .


Voilà.


Bonne journée!


Ps: Juste pour vous: Petite chanson de circonstance puisqu'elle était en boucle dans mes oreilles en ce "dimanche rituel printanier" Qualité Motel qui a sorti son tout premier clip Aujourd'hui justement!  J'aime particulièrement les paroles.


4 commentaires:

Bengal a dit…

''J'veux pas dormir quand je suis avec toi''

Les paroles des amants :)

Effectivement on retourne le plus souvent vers nos officlelles, autant les gars que les filles. Mais les souvenirs restent et ils enjolivent nos vies. Les lieux, les odeurs, le vins etc... et on sourit :)

Ludie a dit…

Oui Bengal, et la pas officielle, elle pleure.

Bengal a dit…

Le pas officiel aussi peut pleurer. Mais avec le temps, ces expériences entrent dans nos doux souvenirs et y laissent une trace positive

Priscilla a dit…

Nostalgie..