Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

lundi 19 novembre 2012

... et j'ai connu d'autres hommes ...

Des fois, il y a des évènements qui nous font replonger subitement dans le passé. 


2 ans déjà. 


Il y a 2 ans, par une froide soirée de fin Novembre, tu as décidé de me jeter, de te débarrasser de moi comme un vulgaire objet. 


À cette époque, je n'avais pas réalisé que c'est tout ce que j'étais pour toi. 


Un objet. Un jouet. J'étais ta poupée à déshabiller. Ta poupée à manipuler. 


Je t'ai laissé jouer de moi. Je me suis donnée toute entière à toi. Par amour. 


Cet amour que je m'étais tout d'abord refusé de ressentir envers toi, mais ma passion pour toi était trop grande pour être ignorée.


Et un beau jour, par une froide soirée de Novembre, J'ai cessé d'exister pour toi...


2 ans déjà.  



................... et j'ai connu d'autres hommes. 


J'ai aussi connu d'autres déchirures. 


Mais jamais aucune autre n'a été aussi souffrante. 


Parce que j'avais décidé que je ne serais plus l'objet de personne mais bien l'amante désirable que j'ai toujours aspiré à être...


J'ai parfois pensé qu'on aurait pu recommencer à se parler. Mais j'ai vite réalisé que ce serait impossible avec toi. Tu ne m'avais pas apprécié à ma juste valeur et jamais je ne voudrais te redonner la chance de le faire. 



.................... et j'ai connu d'autres hommes.



Guillaume, mon beau Guillaume. Je me souviendrai toujours de ce weekend où il s'était sauvé d'un congrès pour venir passer du temps avec moi dans cette petite chambre de l'hôtel où l'on allait toutes les semaines toi et moi. Je me souviens du soupir de soulagement poussé quand j'ai réalisé qu'ils nous avaient donné une suite qu'on avait jamais eu ensemble. 


J'ai réalisé que malgré la déchirure, il me fallait continuer à l'aimer lui... de tout mon petit coeur déjà émietté....






Guillaume, mon beau Guillaume. Tout a été si différent avec lui. Enfin je ne me sentais plus objet. Je ne me sentais plus jouet. Je n'étais pas sa poupée à déshabiller. 


Guillaume, mon beau Guillaume. Il me faisait sentir femme. Il me faisait sentir désirable. Tout était si différent. Déstabilisant, contrastant, mais si réconfortant....




J'ai vécu une autre déchirure ......




.................................... et j'ai connu d'autres hommes. 




J'ai recommencé à jouer les objets. J'ai recommencé à être un jouet. J'ai recommencé à faire la poupée à Déshabiller.



Comme si je ne voulais plus que mon coeur souffre par amour pour un autre homme seulement de passage dans ma vie ....



Je me suis ennuyé de lui comme je me suis ennuyé de toi aussi. 



La seule différence était que pendant tous ces mois de séparation, je n'avais qu'une envie:

 Le revoir, le toucher, entendre sa voix, plonger mon regard dans le sien. 



Je savais qu'il fallait laisser du temps passer. Qu'il fallait laisser la poussière retomber. 




Et dernièrement, j'ai réalisé que je n'avais plus aucune souffrance dans mon coeur. Plus aucune émotion qui remontait en moi.







J'ai écrit à Guillaume. 




Il m'a répondu.







Nous avons repris contact. 






Ce que je ressent en moi est un peu indescriptible, mais tout ce que je peux dire c'est que je me sens bien.



Incroyablement bien.






........................................ et j'ai connu d'autres hommes .............





Parce que malgré tout, j'ai besoin de continuer mon chemin. 



Mais au moins, Guillaume ne sera jamais trop loin. Je sais qu'il sera là pour moi en toute circonstance. Et de savoir cela me fais le plus grand des biens. 





Pour ma part, je te dis Adieu et je suis très contente que tu sois complètement disparu....









2 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu sais, tu apprends la vie -- et oui je parle comem une vieille!! après tout j'ai 49 ans mais le même vécu (ou presque toi)--
Se sentir désirable, se faire complimenter, se faire croire ...
Attendre l'homme .. faire ce qu'il attends de toi .. aimer ce qu'il aime .. devenir dépendante espérant que lui le devienne de toi .. !!
Ça fait un temps. TU as beau dire, beau faire ... dire que tu es libre, que ta vie est magnifique soit ! ça fait moins mal que le vide qu'on peut ressentir seule.
J'aim cru aimer, j'ai cru tout perdre jusqu'à ce que je rencontre qq'un qui m'aime pour ce que je suis.
C'est la sagesse ça !
La baise c'est important et même que nous planifions un trisome bientôt ... (tu vois notre vie sexuelle est pimentée) mais il y a plus ... on s'attache lentement, on se découvre, sans parler d'amour du grand Amour et c'est merveilleux.
Ce que je dis finalement, c'est qu'on se brûle les ailes à vouloir trop plaire et à ne pas comprendre l'essentiel.
Je te souhaite de comprendre avant de te blesser solidement.

Manouchka ex-maitresse de ces messieurs

Brucie a dit…

Profond ton texte mariposa. C'est les risques du métier ont pourrait dire. Toutefois tu es la preuve que ici c'est beaucoup que du cul. C'est un tout, et la sentiment inclus. Quand je te lis, je regarde ma cours et la situation de ma conjointe qui a des sentiments pour son ami-amant. Dernièrement nous avons mis au clair certaine règle du jeu et je suis certain qu'elle doit vivre un certain deuil... Par chance pas autant que tu as vécu. Merci de la réflexion.