Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

jeudi 8 novembre 2012

Mariposa en entrevue pour Châtelaine (partie 1)

Je suis sortie plus tôt de la maison. J'avais le goût d'aller marcher et faire un peu de photographie sur le Plateau Mont-Royal avant mon fameux rendez-vous avec la journaliste. 


Ce matin là, juste avant de partir, je m'étais fait couler un bon grand bain moussant Le Petit Marseillais. Ma fragrance favorite: Abricot et Basilic. Je relax un bon coup en ayant une pensée pour chacun des amants que j'ai eu dans ma vie. Je fais une petite rétrospective dans ma tête. Normal, dans quelques heures, j'irai rencontrer une journaliste qui m'avait approché en début de semaine me demandant si j'accepterais bien une entrevue pour elle pour un des plus grand magazine féminin québécois. J'avais accepté sa demande sans aucune hésitation. J'avais ce feeling pour je ne sais quelle raison que je devais le faire. J'en avais envie aussi. Si j'ai eu parfois l'impression d'être incomprise dans mes choix de vie, j'ai souvent eu aussi le sentiment que j'avais éclairé bien des gens qui se trouvaient dans la même situation que moi ou qui étaient sur le point de franchir la clôture. 

À chaque fois que j'ai fait cette rétrospective dans ma tête au cours des dernières années, j'en suis toujours venue à la même conclusion: Je suis beaucoup mieux dans ma peau depuis que j'assume à 100% ma sexualité et la femme que je suis. Je m'assume avec autant mes qualités que mes défauts, j'assume autant mes bons coups que les moins bons et jamais je n'ai rien regretté. Au contraire. 

Il fait un peu frisquet mais le temps est tout de même bon et ensoleiller. Je marche sur St-Denis en direction de mon rendez-vous. J'arrête par ci, par là pour prendre quelques clichés avec ma Nikon que je traine presque toujours avec moi. Je me sens légère et confiante. 

J'arrive un peu à l'avance au rendez-vous. Je m'assois à une table, près de la grande vitrine qui donne sur la rue. Je sors un livre après avoir commandé un thé glacé maison à la framboise mais je préfère finalement retoucher des photos avec mon cellulaire pour les mettre sur Instagram. 

Une femme blonde aux lunettes rouges fait son entrée dans le café. J'en déduis tout de suite qu'il s'agit de Chantale, la journaliste qui s'était décrit un peu question que je puisse la reconnaitre. Je l'accueil avec un grand sourire. Je me présente. "Je suis Mariposa, enchantée de faire ta connaissance!" On décide finalement d'aller s'assoir en retrait . Dans le fin fond du café. Question d'être plus tranquille et à l'aise pour faire l'entrevue.

Je me sens tout de suite à l'aise avec elle. Chantal doit probablement avoir naturellement le don de mettre en confiance son interlocuteur. J'imagine qu'avec son expérience, je ne suis pas la première à lui avoir raconté des trucs qui sortent de l'ordinaire. Elle sort son cahier ainsi qu'une petite enregistreuse et on commence à discuter tranquillement.

Le temps a filé à toute allure. On a passé pas loin de 2 heures à discuter de moi, de ma vie de femme volage et infidèle. Je lui ai fait une tonne de confidences jamais révélées sur ce blogue. Mes opinions et surtout ma vision de l'infidélité. Je lui ai raconté comment j'ai commencé ce blogue, d'où m'était venu l'idée. Mon histoire avec Tristan. Ma vie avec mon mari. On a parlé de ce qui poussait les hommes et les femmes à devenir infidèles. Le désir dans le couple. Le désir à l'extérieur du couple. Mes théories à propos de la monogamie, de la polygamie. On a longuement parler des fantasmes féminins en général. J'ai ponctué le tout de quelques anecdotes bien croustillante. 

Je lui ai parlé longuement de mes différents amants. Qui ils étaient. Ce qu'ils fontt dans la vie. Mes premières rencontres. Leurs fantasmes. Les bonheurs que chacun m'ont apporté. Les bénifices que je retirais d'avoir plus d'un homme dans ma vie. Je lui ai raconté les ruptures. La peine vécue qu'on ne peut pas exposer au grand jour. Je lui ai parlé de confiance en soi. D'exploration de la sexualité. De fantasmes partagés. 

Tout ça d'une façon naturelle et sans chercher à me censurer ou ne montrer que le beau... parce que non, il n'y a pas eu que du beau.

Ça m'a fait réaliser bien des choses.


Ça m'a fait réalisé combien j'ai changé et évolué depuis les 3-4 dernières années. J'ai réalisé que je n'étais plus du tout la femme d'avant. Loin d'être celle que j'étais au commencement de ce blogue. J'ai réalisé comment j'étais devenue à l'aise et épanouie dans ma sexualité. À quel point j'avais compris bien des choses à propos des hommes en général et des relation de couple. J'ai réalisé encore plus ce qui m'avait poussé à vouloir tant abandonner et me libérer l'image de la maman qui me collait à la peau pour redevenir à nouveau Mariposa, la femme. Parce que oui, avant de devenir infidèle et avant de m'assumer comme femme volage et sexuellement en quête d'un certain épanouissement que je n'arrivais jamais à totalement trouver au près du foyer conjugal, j'avais l'impression que je n'étais pas totalement moi-même. Qu'il manquait quelque chose à ma vie. Il fallait que je change des choses. 


Et des choses, j'en ai changé. Dernièrement, ma vie a pris tout un autre virage. J'en avait jamais parlé encore ici, mes amis sont au courant depuis un certain temps, mais j'ai pris la décision la plus importante dans ma vie. Celle de me donner la totale liberté d'être moi-même. Ce qui veut dire, voler de mes propres ailes comme le papillon flamboyant que je suis destinée à être. Ce ne fut pas facile à prendre comme décision, mais je l'ai fait. Je suis maintenant beaucoup plus heureuse et peut-être d'une certaine façon libérée d'un certain poids que la culpabilité faisait peser sur moi....


Spread my wings and fly ...



Je suis un papillon libre maintenant. Libre de voler comme bon lui semble.


Et je l'ai avoué publiquement en grande primeur à Chantal Éthier, Journaliste et ex rédactrice en chef du magazine Châtelaine. 


Vous pourrez lire l'entrevue que j'ai fait pour elle dans l'édition du Magazine Châtelaine du mois de Février 2013. 
N'oubliez pas d'aller vous le procurer dès qu'il sortira!


Dans mon prochain billet, je vous en dirai un peu plus et vous expliquerai plus en profondeur aussi les sujets qu'on a abordé ensemble pour ce numéro qui va fort probablement parler de la vie sexuelle des femmes d'aujourd'hui.



Bonne soirée mes coquins! 

5 commentaires:

Enjoy22 a dit…

C'est moi qui saisis mal ou tu as décidé de quitter ton mari Mariposa?
Bises

Anonyme a dit…

@Enjoy22 Si tel est le cas, assumer sa sexualité est en soit excellent et bravo.

Par contre, ma vision est: Tant qu'a faire ça dans le dos d'un autre, assume ton choix et libère toi des contraintes.

Un pas dans la bonne direction pour toi ma chère, ton enfant par contre, c'est une autre discussion.

Vitriol a dit…

@Enjoy22 et Anonyme: Bon, oui, un peu comme tout le monde, j'ai tendance à déduire que Mariposa a pris la décision de quitter Alexandre, mais pour l'amour du ciel, ce n'est pas ce qu'elle a écrit, alors ce n'est pas nécessairement le cas ! Ne sautons pas tout de suite aux conclusions..ça ne sert à rien de dire sa façon de penser à ce sujet si l'on est complètement à côté de la traque...

@Mariposa: De plus je suis un peu tannée de voir que tout le monde met en question ta façon d'élever ton enfant... Je suis certaine que tu es en pleine possession de tes moyens et que tu sais ce que tu fais.
Les gens ont franchement trop tendance à oublier que ce n'est pas un blog sur ta vie de famille...

Enjoy22 a dit…

@Anonyme (?!?) et @Vitriol, je tiens juste à préciser je n'ai nullement émis de jugement vis à vis des choix de Mariposa, je demandais simplement si elle était sur le point de quitter son Alexandre, rien de plus.

Anonyme a dit…

@Vitriol
C'est pour cette raison que j'ai mis un "si tel est le cas", elle a peut-etre décider de redécorer son apart aussi..mais bon, ce n'est pas trop le sujet du blog ;)

Non plus que je doute de sa capacité d'élever son enfant car c'est quelque chose qui est indépendant de la sexualité. Je me questionne plus sur les impacts que cela peut avoir sur le dit enfant, le syndrome classique de la famille brisée. C'est dommage c'est tout...