Avertissement:

Ce blog est pour un auditoire averti seulement:
Pour ceux qui seraient de fins linguistes ou des amoureux du français, c'est avec regret que je vous déconseille de me suivre. Dyslexie et paresse oblige. Le nombre d'erreurs et d'anglicismes vous donneront des palpitations qui pourraient nuire à votre santé. Je tiens à vous en avertir.

jeudi 14 mars 2013

"Te souviens-tu .... "

Éric,


Éric,


Éric,



Oh là là .... c'est fou comme il me manquait. 

Ça faisait des semaines, voir des mois qu'on devait reporter nos rencontres qu'on se planifiait. 


J'ai des semaines de fou ces temps-ci. Très peu à accorder aux activités coquines et ça me désole. 


Chaque semaine Éric m'écrivait qu'il s'ennuyait de moi. Qu'il avait le goût de me voir, de me baiser furieusement et qu'il avait encore une obsession maladive sur mon cul qu'il aimait tant pénétrer.


" Tu es libre cette semaine?!" qu'il me textait.


Et à chaque fois, je devais décliner ses offres. Faute de temps.



On s'est vu. Il y a presque 2 semaines. Le temps avance si vite. Tellement que je n'ai pas non plus eu beaucoup de temps pour mettre tout cela par écrit. 



"Si on se faisait un petit bout d'après-midi ensemble?" 

Éric avait du temps pour moi. Une pause de quelques heures entre 2 chiffres de travail.



"On va chez moi ou à l'hôtel ?!" que je lui propose



" Hummmm... l'hôtel .... J'adore le concept. Ça fait tellement cochon! " me répond Éric.



On décide donc de se rejoindre à l'hôtel Le Chablis pour une petite "sieste" qui n'en sera vraiment pas une. On loue la chambre, j'insiste pour régler la note. On entre dans la petite suite. Je réalise que ça fait des lunes que je ne suis pas allée au Chablis. Et à chaque fois que j'y entre, je pense à Tristan avec qui je venais 2 à 3 fois par semaine à l'époque. Je pense à Guillaume qui arrivait toujours avec un super lunch et une exquise bouteille de vin parfaitement accordée à l'en-cas du jour. Des millions de flashs traversent ma tête. Je pense à mon relevé banquaire que je n'ai plus besoin de camoufler. Je pense à ma trousse de la parfaite maitresse et à ma lingerie fine que je n'ai plus besoin de dissimuler en rentrant chez moi . 


Le Chablis fait toujours remonter en moi une tonne de souvenirs. 



À peine entré dans la chambre, Éric m'enlace fougueusement, me soulève de terre et m'embrasse! Je ferme les yeux et je lui rend ses baisers. Quand j'ouvre les yeux, son regard bleu-turquoise est plongé dans le mien. Il sourit et il me dépose doucement sur le lit. Il retire soigneusement son uniforme de travail pour ne pas le froisser et vient s'installer sur le lit à mes côtés. 

On se met à discuter. 



"Te souviens-tu la première fois où tu m'a amené à l'hôtel ?!" me dit Éric. 


Si je m'en souvenais ?!? C'est certain que je m'en souviens comme si c'était hier. C'était à l'été 2010. Au Motel Idéal sur la rue Lajeunesse dans le nord de la ville. Un soir où il faisait particulièrement chaud. J'avais loué une suite suivant les directives de mon ex-amant Tristan. C'est lui qui m'avait imposé un défi sexy. À cet époque, éprise totalement de mon amant de l'époque, je pliais à ses 4 volontés à travers des défis sexy qu'il me défiait de réaliser sous peine de ne plus jamais le revoir. "Tu dois accomplir ton défi sinon je ne te baiserai pas... pas tant que tu n'auras pas réussi ce que je te demande." Tristan était comme cela. Il aimait sentir qu'il avait le contrôle absolu. Il bandait et fantasmait à l'idée qu'il pouvait faire de moi ce qu'il voulait. Et moi j'étais totalement allumée à l'idée de relever ses défis afin qu'il me baise solidement comme j'aimais qu'il le fasse...

Cette fois-là, Tristan voulait que je réussisse à amener Éric à l'hôtel et qu'on baise comme des sauvages. Photo à l'appui. Si le défi était réussi, j'aurais le droit à une surprise de Tristan le lendemain: Une soirée à l'hôtel, un souper dans un resto Péruvien, Une session magasinage dans une boutique de chaussures... Il choisissait la récompense.  Mais surtout, j'avais droit à une baise d'enfer comme lui seul était capable de me baiser. J'adorais ça. J'adorais jouer les petites perverses pour lui....
....
Mais ça a fait son temps aussi.
Ça a même peut-être mené à notre perte. Qui sait.

.....



Bref, c'est certain que je me souvenais avec précision de cette soirée où l'on est allé à l'hôtel ! Comment oublier cette période de ma vie ?! !!



On a parlé longtemps Éric et moi. D'une tonne de choses. Comme des vieux copains qui se connaissent depuis toujours. C'est pour ça que je l'aime mon Éric. C'est très spécial ce qui nous unit comme relation.


Je lui demande des nouvelles de son nouveau bébé. 


"Il est vraiment adorable et mignon. Par contre, c'est beaucoup plus de job que je l'aurais imaginé. C'est fou la planification à faire lors de simple déplacements... et aller chez IKEA c'est pire qu'un déménagement ..."


J'éclate de rire. Je lui parle de mes expériences face à la maternité et il me montre des photos de son poupon sur son cellulaire. Il a un beau bébé. Je ne vois pas beaucoup de ressemblance à mon Éric mis à part les yeux. Je consulte les photos et en voit une du bébé avec une fille toute souriante dessus.


"C'est ta blonde ?!"  


Il me répond par l'affirmative. Je réalise que même si j'en connais pas mal sur elle et que ça fait 3ans qu'ils sont ensemble, je n'avais jamais vu sa photo. Une jolie femme aux cheveux longs.

"Elle est belle ta femme!"


Il a un sourire en coin et un air évasif. "Ouais. Mais il se passe plus rien entre nous. On vit comme 2 colocs. Elle n'a pas envie de moi et j'ai pas envie d'elle. Au moins on est quitte. On s'écoeure pas l'un l'autre pour baiser. On le fait une fois par mois environ. Juste pour dire qu'on le fait. Pis quand on le fait, on est pas motivés du tout. Du sexe platte et sans passion. Le vrai de vrai devoir conjugal.... 
Mais toi par contre .... j'arrête pas d'avoir des pensées pour toi.... et en plus tu ne cesse de me teaser avec tes textos cochons et tes photos.... Tu me fais bander à chaque fois... ouffff! "


Je lui caresse doucement le torse. Je m'approche pour l'embrasser. 

Le temps d'un éclair nos vêtements sont au sol...


Je jubile à la vue du corps de Dieu de mon amant. Je lui dis à quel point je le trouve beau. À quel point j'ai envie de lui. 


LÀ.


Maintenant.



Tant pis les préliminaires. 



C'était tellement bon de le sentir en moi. Ses yeux pervers qui me regardent pendant qu'on baise. Sa façon de me tenir hyper fermement. J'en sacre tellement je le trouve délicieux " Calisse que c'est bon!" que je lui crie. Il me regarde avec un sourire coquin et amusé. Il se retire et me tourne sur le ventre....

"Tu le sais de quoi j'ai envie, hein ma petite salope ?!"


Je savais très bien ce qu'il voulait. 


Il voulait me prendre torridement par derrière. C'est sa position favorite. Qu'il soit dans ma chatte ou dans mon cul, Éric s'en donne toujours à coeur joie quand il se retrouve dans cette position. Il me claque fort les fesses. Me tire les cheveux. Je hurle à plein poumon mon extase. Je jouis presque instantanément. 



"T'es une cochonne. T'es une petite salope. Tu jouis et tu en redemande encore, salope!"


Éric sait à quel point j'aime sa façon de me faire du dirty talk. 


Je mouille encore plus dans ces moments là. 



Il s'enfonce dans mon cul. Je retiens de toute mes forces mes cris. Je mors dans l'oreiller et mes ongles transpercent presque le matelas. 



J'entend sa respiration changer. Sa voix devient plus raque. Il a de la difficulté à se retenir. De la sueur perle son front. "Oh ma chérie, tu va me faire décharger vite tellement j'aime être dans ton cul... ohhh myyyy GOD!!" 


Je lui balance plein de mots pervers et salaces. Je sens qu'il est prêt à jouir. Il se retire et je lui enlève son condom pour mieux le sucer ....


"Te souviens-tu de la toute première fois où l'on a baiser ensemble, j'ai éjaculé dans ton visage..."


"T'aimerais ça ?!"



" Oui..... beaucoup"


Je le suce encore un bon moment, il se recule un peu et m'envoie le fruit de sa jouissance partout dans le visage et dans la bouche. 



Je me lève et je vais à la salle de bain me rafraichir. Je reviens avec une débarbouillette pour lui. Il est étendu dans le lit avec un air totalement satisfait .



On se colle un bon moment au lit. On se remet à discuter de plein de choses.


"Je t'envie Mariposa, j'envie ta vie présentement ... Te souviens-tu à l'époque où j'étais célibataire et je pouvais te voir à ma guise. Tsé, dans ce temps-là c'est toi qui était contrainte par la vie de couple et la maternité. Tout ça est derrière toi. Ton enfant est grand maintenant. Tu es plus libre maintenant. Je m'ennuie de ce temps. Te souviens-tu de mon petit condo? Je m'ennuie de cet endroit et de cette vie que j'avais. Mais j'aime ma vie de papa aussi. C'est juste très différent."


J'aime qu'Éric se confie à moi et je crois qu'il apprécie beaucoup l'écoute que je lui apporte et les conseils que je lui donne.



Il regarde partout autour de lui et il se fixe dans le miroir au plafond qui surplombe le lit. Il rigole. 

"J'aime ça venir à l'hôtel avec toi ... ça me rappelle plein de souvenirs! " Qu'il me dit. 



Je lui dit que moi aussi j'adore l'hôtel en sa compagnie. On se promet que la prochaine fois on se fait une soirée. Je lui ai promis d'utiliser la chambre gratuite pour une nuit que j'ai à l'Hôtel Delta du Centre-ville bientôt en sa compagnie. Je lui dit qu'on ira souper dans un grand resto, on s'achètera du vin et on passera une belle soirée.


" Oui, on se fera ça un vendredi ou un samedi. Je dirai à ma femme que je sors avec des amis ou que je vais voir le hockey avec mon frère. On se fera un petit 6 à minuit . Ça sera extra! Ça va me rappeler la nuit qu'on a passé ensemble ... tu t'en souviens?!"



Décidément, Éric donnait dans la nostalgie quand on s'est vu ....



Et moi me retrouver à l'hôtel Le Chablis en sa compagnie , m'a replongé dans le passé et m'a refait pensé à ce que j'avais vécu avec lui ... mais aussi ce que j'avais vécu avec Tristan et Guillaume .







J'ai déjà hâte de revoir mon bel amant.

3 commentaires:

Mel a dit…

Super la nostalgie... ça marche toujours...
En passant, moi aussi j'adore quand un homme décide de vraiment prendr ele contrôle et qu'il me pénêtre le cul, je m'abadonne totalement et jouis très rapidement :)

Mosaique a dit…

Hummmmm le dirty talk c'est grisant!
Merci pour ce beau récit!

Anonyme a dit…

Salut j'ai beau regarder partout il est ou le recit de l'annonce de ta rupture avec ton mari je ne le vois pas ?!